Jürgen Klopp reconnait en avoir voulu à Sergio Ramos: "Je ne l'aurais pas invité à mon 60e anniversaire"

Jürgen Klopp reconnait en avoir voulu à Sergio Ramos:
©Belga
 
 

Alors que les deux entraîneurs vont se retrouver mardi trois ans après la finale de Ligue des champions 2018 (remportée par le Real Madrid), Zinédine Zidane a convenu que Jürgen Klopp est "un grand entraîneur" mais ce dernier refuse de voir ces retrouvailles comme une revanche.

Voici les principaux points des conférences de presse du Real Madrid et de Liverpool lundi.

Retrouvailles Klopp-Zidane

Zinédine Zidane (entraîneur du Real Madrid): "C'est un grand entraîneur, cela fait de nombreuses années qu'il entraîne, il a de l'expérience, a fait du bon travail toute sa carrière et maintenant avec Liverpool... Chacun a sa manière de faire, je n'ai pas à faire comme lui. Je ne sais pas si l'on pourrait avoir le même discours aujourd'hui (par rapport aux propos élogieux tenus par Klopp à son égard avant la finale de C1 en 2018). C'est un entraîneur qui a fait beaucoup de choses avant même cette finale. Quand je faisais ma formation, je me suis penché sur tous les entraîneurs, et j'ai eu aussi dans ma carrière les meilleurs entraîneurs, donc j'ai appris beaucoup de choses. Mais après, il faut faire à sa manière, il ne faut pas copier. Et lui de toute façon, il a sa vraie façon d'entraîner".

La revanche, après la finale 2018

Jürgen Klopp (entraîneur de Liverpool) : "Ma motivation vient du fait que ce sont les quarts de finale de la Ligue des champions, ça n'a rien à voir avec la finale de 2018. Ce Real Madrid n'a rien à voir avec celui de 2018. Bien sûr que je me rappelle de ce match. Je l'avais dit à l'époque : je n'aurais pas invité (Sergio) Ramos à mon 60e anniversaire (après qu'il a blessé Mohamed Salah lors de la finale de 2018), mais aujourd'hui j'y réfléchirais à deux fois. Je ne peux rien faire face à cette colère, j'ai déjà dit que ce qu'il s'était passé cette nuit-là ne m'avait pas plu. Si on est meilleurs, on passera, sinon, ce sera le Real Madrid. Mais ce n'est pas une revanche, c'est juste la vie. On va essayer de gagner, mais parfois, tu as cette émotion à fleur de peau".

Nacho (défenseur du Real Madrid): "Pour ce qui est de la revanche, je crois que tous les joueurs veulent la prendre. Et nous aussi on veut se défendre. Salah n'a rien dit de faux: depuis la finale de 2018, eux ont gagné la C1 et ont été champions d'Angleterre, et nous on a perdu Cristiano (Ronaldo). Je ne crois pas qu'il y ait tant de différence entre nous désormais. Salah a raison, mais on se concentre sur nous-mêmes".

Zidane: "On ne pense pas au passé. Le passé est passé, ce qui importe, c'est ce que l'on vit aujourd'hui, le match de demain (mardi). C'est un match différent, et c'est pareil pour les deux équipes. C'est un match différent, on doit le prendre comme ça et on le prépare comme tel".

Klopp, un jour en Espagne ?

Klopp : "(A quel club il s'identifie le plus en Espagne ?) Je dois y réfléchir. Mon espagnol est super mauvais, vous n'apprécieriez pas... et il y a déjà de grands entraîneurs sur les bancs de ces équipes. La seule chose que je peux faire ici, c'est me commander une bière. Donc à Majorque, pour y vivre du moins, ce serait génial".

Hazard, pas convoqué

Zidane: "L'important c'est que Eden se sente bien, qu'il soit serein au sujet de son retour, totalement remis. Je ne crois pas que son retour avait été précipité la dernière fois, ses sensations étaient bonnes. De toute façon, on ne va jamais précipiter le retour d'un joueur. Si le joueur est bien, il joue. Donc on verra quand est-ce qu'Eden pourra revenir avec nous. Mais on a besoin de tous les joueurs. Toujours. J'aime avoir tous mes joueurs disponibles, quand l'un d'entre eux est blessé, ça ne me plaît pas. Et d'autant plus cette année, où on a eu beaucoup de blessés. J'espère récupérer Eden le plus vite possible. On a récupéré certains joueurs, il nous en manque encore quelques-uns, que j'espère retrouver d'ici la fin de la saison".




 

Vos commentaires