Accueil Sport

JO-2022: Vlhova-Shiffrin, duel de revanchardes en slalom

Après un géant raté pour toutes les deux lundi, Petra Vlhova et Mikaela Shiffrin se retrouvent mercredi lors du slalom des JO de Pékin, immenses favorites après s'être partagé 39 des 42 derniers slaloms de Coupe du monde.

. La favorite: Petra Vlhova

Seulement 14e lundi du géant remporté par la Suédoise Sara Hector, la meilleure skieuse de la saison dernière a prévenu: le slalom "est une discipline différente, donc je suis prête à me battre".

Or quand la Slovaque de 26 ans échoue entre les piquets serrés cet hiver, c'est qu'elle n'est que deuxième (à Killington et Schladming). Avec cinq succès en sept courses, Vlhova a déjà assuré son deuxième globe de la spécialité, après celui de 2020.

Au départ de toutes les courses l'hiver dernier, lorsqu'elle chassait son premier gros globe, la skieuse de Liptov a allégé son calendrier cette saison pour ne disputer que les épreuves techniques et devenir la première Slovaque médaillée olympique en ski alpin.

Déjà engagée aux JO-2014 de Sotchi puis aux JO-2018 de Pyeongchang, elle n'a jamais fait mieux qu'une 5e place, en combiné en Corée du Sud.

. La revancharde: Mikaela Shiffrin

Une élimination de Shiffrin en géant, c'est une scène si lointaine qu'on ne l'attendait pas à Pékin. Mais pour la première fois depuis le 23 janvier 2018, l'Américaine est partie à la faute lundi dans la discipline dont elle était championne olympique en titre.

Pour la skieuse du Colorado engagée dans toutes les épreuves individuelles, la meilleure chance de revanche arrive dès mercredi, avec le slalom, dont elle avait décroché l'or aux JO-2014 de Sotchi.

Dans cette spécialité où sa justesse technique et son explosivité ont longtemps écrasé la concurrence, la championne compte aussi six globes et 47 succès en Coupe du monde, soit le record pour une seule discipline devant le légendaire Suédois Ingemar Stenmark.

Mais il lui faut désormais skier à la limite pour contester la suprématie de Vlhova, qu'elle a dominée à deux reprises cette saison.

"Chaque course est un énorme test", expliquait-elle en début de saison. "Nous sommes à un très haut niveau, c'est pour cela qu'on fait des erreurs. C'est comme faire une embardée à près de 130 km/h sur l'autoroute."

. La trouble-fête: Katharina Liensberger

Et si l'Autrichienne refaisait sur la piste chinoise le coup de la Suédoise Frida Hansdotter, championne olympique inattendue aux JO-2018 de Pyeongchang, et désormais retraitée?

L'an dernier déjà, aux Championnats du monde de Cortina d'Ampezzo, la technicienne de 24 ans avait bousculé le duel Vlhova-Shiffrin en écrasant le slalom, avant même d'avoir remporté sa première épreuve de Coupe du monde, puis s'était adjugé le petit globe de la spécialité.

Mais Liensberger, touchée par le Covid-19 en décembre, ne compte que deux podiums cette saison (2e à Lienz, 3e à Zagreb).

. La Française: Nastasia Noens

La Niçoise de 33 ans, participe à ses quatrièmes Jeux, elle est la skieuse la plus "capée" de l'équipe de France avec le vice-champion olympique de descente Johan Clarey.

"Je ne suis pas impressionnée, moins émerveillée c'est sûr. Je prends cette édition calmement, plus zen que si j'étais plus jeune, je reste focalisée sur mon objectif, je veux profiter de ces moments que je ne vivrai plus", a-t-elle indiqué, alors que monter sur le podium paraît mission impossible.

À la une

Sélectionné pour vous