En ce moment
 

Dakar-2018 - Carlos Sainz s'impose, doublé de Peugeot

Dakar-2018 - Carlos Sainz s'impose, doublé de Peugeot
L'Espagnol Carlos Sainz (Peugeot) et son copilote Lucas Cruz lors de la 5e étape entre San Juan de Marcona et Arequipa au Pérou, le 10 janvier 2018Franck FIFE

Au lendemain de l'abandon du favori Sébastien Loeb, Peugeot s'est consolé avec un doublé lors de la 6e étape, Carlos Sainz s'imposant devant Stéphane Peterhansel, avant la journée de repos à La Paz.

Le principal opposant de Peterhansel, largement en tête du classement général, c'est lui! A 55 ans, Carlos Sainz a remporté sa première victoire sur l'édition, sa 30e en carrière, comme la récompense de ses résultats réguliers depuis le départ samedi.

Cyril Despres trop loin, Loeb out, le Madrilène est devenu la deuxième option du team Peugeot, alors que ses cinq dernières participations s'étaient toutes soldées par un abandon...

Jeudi, entre Arequipa et La Paz, avec le désert péruvien dans le rétroviseur, Sainz et son copilote Lucas Cruz ont brillé, en remportant les deux parties de la portion chronométrée. Il a bouclé les 313 km des spéciales en 2 h 53 min 30 sec, avec 4 min 06 sec d'avance sur Peterhansel et 5 min 05 sur le Qatarien Nasser Al-Attiyah (Toyota).

Comme ses concurrents, il a eu le droit à un bain de foule dans les rues de la plus grande ville de Bolivie, où des milliers de spectateurs, drapeaux et pancartes d'encouragement dans les mains, s'étaient amassés.

- Liesse populaire -

Quelques heurts avaient cependant éclaté entre manifestants hostiles au pouvoir et forces armées en amont de l'arrivée de la caravane du Dakar.

Si Sainz a démontré qu'il pouvait encore aller chercher des chronos, Peterhansel a aussi prouvé qu'il savait gérer son avance au classement général. "Peter", en quête d'un troisième sacre de suite, compte toujours 27 min 10 d'avance sur le vainqueur du jour, son dauphin, alors que le Dakar atteint sa moitié.

"C'était une journée de transition, analyse Peterhansel. La difficulté, c'était plutôt l'altitude. On n'a pas voulu trop attaquer pour ne pas risquer de faire une erreur et d'endommager la voiture. On perd quelques minutes, mais rien de grave."

Côté motos, ils sont six à se tenir en dix minutes. L'Argentin Kevin Benavides (Honda) a pris la tête au Français Adrien Van Beveren (Yamaha), à 1 min 57 sec, alors qu'Antoine Méo (KTM) s'est invité dans la course en remportant l'étape du jour, dont la première partie de la spéciale avait été annulée en raison du mauvais temps.

"Je suis content d'avoir réussi ce que je voulais faire depuis le début de la semaine. Jusque-là tout va bien, maintenant il va falloir continuer comme ça", a réagi Méo. "Je ne voulais pas prendre de risque avec mes pépins physiques dans le désert. Aujourd'hui, l'étape me convenait beaucoup plus et à la moto, donc j'en ai profité."

Vos commentaires