Judo: "J'ai dû tout revoir de zéro", reconnaît Riner

Judo:
Le judoka Teddy Riner, heureux après sa victoire en finale du Masters face Russe Inal Tasoev (catégorie +100 kg), le 13 janvier 2021 à Doha (Qatar) KARIM JAAFAR
 
 

"J'ai dû tout revoir de zéro", a reconnu Teddy Riner, qui a renoué mercredi avec la victoire au Masters de Doha pour son retour sur les tatamis internationaux près d'un an après sa défaite au tournoi de Paris, sa première depuis plus de neuf ans.

"Ca fait du bien de se sentir mieux (...) Je vois les bienfaits de tout ce que j'ai mis en place", souligne le double champion olympique qui vise à Tokyo un inédit triplé dans la catégorie-reine des poids lourds.

Q: Vous aviez déclaré vouloir "remettre les pendules à l'heure", considérez-vous que c'est chose faite ?

R: "J'ai remis les pendules à l'heure, oui. C'était une prise d'informations pour moi, une prise de points aussi (pour le classement olympique), c'est important d'aller en chercher même si je suis déjà qualifié (virtuellement). Je voulais savoir où j'en étais parce que ça faisait un petit moment que je n'avais pas combattu sur la scène internationale. Ca fait du bien de revenir comme ça, de se sentir mieux, de voir que des choses qui ont été mises en place marchent, et qu'il y a encore beaucoup de choses qui peuvent faire la différence. C'est un bon présage pour la suite, mais il ne faut pas se tromper d'objectif. Je reste concentré sur mon objectif principal de la saison: les Jeux olympiques de Tokyo."

Q: Quelle valeur accordez-vous à cette victoire ?

R: "Je lui accorde une belle valeur, parce que j'ai dû me renouveler, me réinventer, j'ai dû tout revoir de zéro, la technique, le judo pur, la façon de s'entraîner, de s'échauffer, la préparation physique, la nutrition... Elle va me servir pour aller chercher cette médaille d'or à Tokyo. Et je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont aidé à remonter les échelons."

Q: Avez-vous senti les effets de votre transformation physique pendant vos combats ?

R: "Bien sûr. C'est pour ça que je dis que je suis content, je vois ce qui a changé, je vois les bienfaits de tout ce que j'ai mis en place. On va continuer dans ce sens."

Q: Cette compétition était aussi une occasion, assez rare en ces temps de pandémie, de vous mesurer à une opposition de calibre mondial...

R: "Aujourd'hui, je +prends+ le champion d'Europe (Bashaev), le vice-champion d'Europe (Tasoev), et tous les autres ont aussi battu les meilleurs, donc je suis très content d'avoir pu m'exprimer. Je suis très content de ma journée, très content du travail mis en place, et je suis prêt à repartir à la bagarre."

Q: Avez-vous ressenti une pression particulière après votre défaite à Paris il y a presque un an ?

R: "Sur chaque événement, il y a toujours un petit peu de pression, c'est normal. La pression, elle était comme d'habitude. C'était de la bonne pression, de la pression pour bien faire, qui transcende, parce que j'ai envie de réussir, envie de savoir si tout ce que je fais au quotidien marche. Aujourd'hui, ça a marché, j'en suis content. Je suis dans un processus, je garde en vue mon objectif, et j'espère qu'au bout ça se passera bien."

Q: Y a-t-il une forme de soulagement d'avoir renoué avec la victoire ?

R: "Il y a forcément un peu de soulagement, puisque quand on travaille comme un dégénéré, on a envie de voir les résultats, on a envie de voir ce que les choses mises en place rapportent, les changements que ça peut procurer. Mais ça ne veut pas dire que je vais me relâcher !"

Propos recueillis en zone mixte par Elodie SOINARD




 

Vos commentaires