En ce moment
 

Sebastian Vettel victime d'un "burn-out" chez Ferrari? "Je ne l'ai pas vu venir", confie un ancien pilote

Sebastian Vettel victime d'un
©Belga

Le président de l'association des pilotes de Grand Prix, Alex Wurz, pense que Sebastian Vettel est un autre exemple de pilote victime de "burn-out" chez Ferrari. L'ancien pilote autrichien a exprimé son sentiment à Sky Sports.

L'écurie italienne de Formule 1 a annoncé la semaine dernière que le quadruple champion du monde quitterait la Scuderia à la fin de l'année 2020, mettant ainsi un terme à six années de collaboration. "Sebastian est un ami à moi, mais je ne l'ai pas vu venir", a déclaré Wurz. "Si vous regardez l'histoire de Ferrari, vous avez les premières années et les premiers mois de grand amour, toutes les émotions qui en découlent, ce qui rend Ferrari si belle. Mais à un moment donné, il semble que tout le système vous fasse sombrer en burn-out. Peut-être que l'amour n'est plus là, et cela a semblé se produire. Mais Sebastian ne m'a pas parlé de ça".

Selon Wurz, chez Ferrari si le succès ne vient pas, alors cela "se retourne contre" le pilote. Il a estimé que Fernando Alonso avait aussi connu ce phénomène. "Il y a plus que la simple passion de la course automobile. Il y a vraiment la pression nationale qui s'exerce sur vous et les pilotes passent par là. Ferrari est très exigeant envers les pilotes. Ils vous aiment vraiment si vous les poussez en avant, mais si le succès ne vient pas, alors soudainement cela se retourne contre vous. Il y a toujours des frictions, et ce n'est pas seulement pour les pilotes, ils ont aussi changé de directeur d'équipe au fil des ans. Et je pense que cela vient de l'influence extérieure, mais aussi du style de vie. Ce mélange semble être délicat. On se souvient de l'époque de (Michael) Schumacher, Ross Brawn, Jean Todt, ce groupe était si fort, pouvait réussir, et pouvait mettre de côté la pression italienne, peu importe comment vous voulez l'appeler."

Vos commentaires