Accueil Sport Tous les Sports Tennis

Game of Thrones entre le padel et... le tennis: la guerre des fédérations oblige les clubs à choisir un seul des deux sports (vidéo)

Les clubs francophones de padel sont sous le choc. Ces derniers jours, une lettre leur a été adressée. Dans cette dernière, signée par l'Association Francophone de Tennis, il est demandé aux gérants de ne plus faire cohabiter le padel et le tennis. Ce qui veut dire qu'un club de tennis ne peut désormais plus proposer à la location des terrains de padel, sauf si les vestiaires et la cafétéria sont séparés entre les joueurs des deux disciplines.

Cette décision est née d'un incroyable conflit, alors que le padel ne cesse de prendre de l'ampleur chez nous. Deux fédérations se battent pour être le grand représentant de ce sport: d'un côté, l'AFT, l'Association Francophone de Tennis et de l'autre, l'AFP, l'Association Francophone de Padel. Cette dernière, non-reconnue, ne parvient pas à s'associer avec l'AFT sur l'organisation des clubs dans notre région.

Avec 165.000 joueurs aujourd'hui, le padel représente un enjeu économique pour les fédérations. Une nouvelle étape a été franchie avec cette demande formelle de séparation des sports. "Il y aurait des milliers de joueurs de tennis dans la région francophone du pays qui seraient impactés par cette décision très agressive. On est choqués", nous raconte Luc Désir, président du Tennis Padel Club de Waremme, qui a reçu ce courrier. "Avec 2 fois moins de budget, l'AFP, qui n'est pas reconnue, organise 2x plus de compétition et a 3x plus de compétiteurs", nous rétorque-t-il.

Pour l'AFT, il faut absolument combiner les deux disciplines. "Le Padel et le Tennis sont complémentaires et doivent se développer ensemble", lance même Samuel Deflandre, le Secrétaire général de l'Association Francophone de Tennis. "Il est très important que ce soit le cas dans tous les pays, c'est le cas chez les voisins". Ce qui ne plaît pas du tout à l'AFP. "Il y a un intérêt économique et financier", pense Philippe Cerfont, l'Administrateur de l'Association Francophone de Padel. "Le tennis est dans une décroissance et cherche à se rattraper à la branche qu'ils peuvent trouver".

L'AFT demande donc aux clubs d'adhérer à leur fédération. Si tel n'est pas le cas, ils ne pourront plus proposer de padel, sauf s'ils créent un club annexe. Furieuse, l'AFP va aller en justice. 

À la une

Sélectionné pour vous