En ce moment
 

Joachim Gérard entre un peu plus dans l'histoire: il remporte (encore) le championnat de tennis en fauteuil roulant

En sport, le championnat de Belgique de tennis en fauteuil roulant s'est déroulé ce week-end à Woluwé-saint-Pierre, en région Bruxelloise. Et c'est le grand favori Joachim Gérard qui l'a remporté pour la quatorzième fois consécutive.

Les moins de 15 ans n’ont jamais connu un autre champion de Belgique dans la discipline. A 31 ans, Joachim Gérard entre encore un peu plus dans l’histoire. "En Belgique on ne peut pas dire que j'ai eu du répondant ces dernières années, jusqu'à l'année passée. Dans tous les cas, il faut travailler pour arriver à la plus haute marche, que ce soit en Belgique ou dans le monde. Du travail, du travail, du travail", confie le joueur de tennis en fauteuil roulant, 14 fois champion de Belgique.

Le palmarès actuel de sa carrière est impressionnant: 29 titres, 3 participations aux Jeux Olympiques et une médaille de bronze à Rio en 2016.

Ici c'est utiliser les bras pour bouger et en même temps préparer le coup de raquette pour frapper la balle

Un grand champion, 4ème joueur mondial, et pourtant très disponible. À une heure de sa finale, il prenait encore le temps de faire découvrir le tennis en fauteuil roulant à Romy, 9 ans, joueuse de tennis depuis son plus jeune âge.

"Quand on bouge le siège, ça fait mal. C'est super dur parce qu'on tient la raquette en même temps. C'est extraordinaire qu'il arrive à faire ça", commente la petite fille.

"Quand on marche, le cerveau commande les jambes pour bouger. Ici c'est utiliser les bras pour bouger et en même temps préparer le coup de raquette pour frapper la balle. C'est ça qui est très dur", explique Joachim Gérard.

Le handicap est vu différemment que dans le passé

Ces dernières années, le handisport se développe. Tout sport confondu, le nombre d’affiliés et de clubs a doublé depuis 2014. Rien qu’en tennis, il y a en Belgique 450 joueurs. Les installations sont plus nombreuses et mieux adaptées, et les mentalités évoluent.

"Le handicap est vu différemment que dans le passé. Le handisport est de plus en plus connu grâce aux jeux paralympiques et aux athlètes qu'on a en Belgique. Chaque année ça évolue et c'est de mieux en mieux", explique Joachim Gérard.

Dans deux semaines, Joachim Gérard disputera les masters. Puis il se focalisera petit à petit sur l’un de ses objectifs principaux pour l’été 2020: les Jeux Olympiques de Tokyo en simple et en double avec énormément d’envie et d’ambition.

Vos commentaires