Jasper Stuyven veut ajouter une classique à son palmarès en 2021

Jasper Stuyven veut ajouter une classique à son palmarès en 2021
 
 

(Belga) Jasper Stuyven reste ambitieux pour la saison 2021 et espère ajouter son nom au palmarès d'une classique printanière. "Je sais que c'est un cliché et que je ne serai pas le seul", a déclaré Stuyven qui sera le leader de Trek-Segafredo sur les classiques avec Mads Pedersen.

Vainqueur du Circuit Het Nieuwsblad en février 2020, Jasper Stuyven avait ensuite poursuivi sur sa lancée avec une cinquième place à Kuurne-Bruxelles-Kuurne et un bon Paris-Nice avant l'interruption de la saison à cause de la pandémie de coronavirus. "Après la reprise, j'ai encore réalisé un bon Tour de France avec quelques belles places d'honneur. Mon automne était bon aussi mais je n'ai pas retrouvé le niveau que j'avais avant l'interruption", a expliqué Stuyven lundi en conférence de presse. "Tout le monde a réagi différemment à cet arrêt forcé. Ce n'était pas mauvais mais je n'avais plus les mêmes jambes qu'en début de saison. C'était donc difficile de décrocher des victoires." Après avoir profité de quelques semaines de repos et changé d'entraîneur après 12 ans, le natif de Louvain est actuellement en stage avec son équipe pour préparer la nouvelle saison avant un stage en altitude à Tenerife. Stuyven débutera alors sa saison lors du Tour d'Algarve avant Paris-Nice et les classiques printanières. "Mon objectif principal reste de gagner une classique. J'ai toujours eu de bonnes jambes sur le premier week-end de la saison mais ce n'est pas quelque chose que je vise. À l'exception de l'année dernière où je voulais démarrer en force après une saison 2019 compliquée." "Je dois être capable de pouvoir rouler plus souvent comme lors du premier week-end de 2020", a ajouté Stuyven. "Si je veux rivaliser avec Mathieu van der Poel et Wout van Aert, je devrai être au top de ma forme. Ils sont très forts mais je ne m'avoue pas vaincu d'avance. Les plus forts ne gagnent pas toujours dans la course, la tactique et les conditions de course jouent également un rôle. Je ne pars donc pas du principe que je ne peux gagner que s'ils ont une mauvaise journée ou de la malchance. Personne n'est imbattable. Il y a quelques années, on disait aussi que Peter Sagan allait gagner le Tour des Flandres cinq fois et Paris-Roubaix sept fois, mais cela n'a pas été le cas." (Belga)




 

Vos commentaires