Accueil Actu Belgique Société

Parfums, coiffeurs, jouets, déodorants: pourquoi les femmes paient PLUS que les hommes?

En prenant rendez-vous chez le coiffeur, vous avez peut-être déjà aperçu une distinction sur les prix en fonction de votre sexe. Avec bien souvent, un tarif plus avantageux pour les hommes. Gina est coiffeuse depuis plus de 20 ans. Dans son salon situé en région bruxelloise, la différence est de 3€. “Ça a toujours existé. Aussi loin que je m’en souvienne, dans tous les salons dans lesquels j’ai travaillé, il y avait une différence homme-dame. Ça devrait disparaître.”

Un petit écart de prix qui permet de compenser, selon Gina, l’utilisation de produits coiffants plus appliqués chez les dames que chez les hommes. Dans certains salons de coiffure, la différence peut atteindre plusieurs dizaines d’euros. Et pour Barbara, cliente dans le salon de Gina, ceci ne se justifie pas: “Si on part du principe que la dame a des cheveux plus courts qu'un homme, là pour moi je ne comprends pas la différence de prix.” Des produits identiques mais moins chers chez les hommes que les femmes. Le concept porte un nom: la taxe rose. Il suffit de se balader dans différents rayons de nos supermarchés pour en comprendre les contours.

Dix euros pour un déodorant masculin et 1€ de plus pour la même version réservée aux femmes....

Edition numérique des abonnés

Même chose pour une trottinette rose plus chère que la version bleue. "J'ai déjà vu ça dans les rayons. Une trottinette rose peut coûter plus cher qu'une bleue", témoigne dans ce sens une jeune femme interrogée. Un homme enchaîne : "J'aurais tendance à penser que comme les produits pour homme sont moins demandés et plus spécifiques, ils auraient tendance à augmenter les prix pour ce type de produits-là."

Edition numérique des abonnés

Parmi les produits les plus concernés, les cosmétiques. En caméra cachée, nous nous sommes rendus dans une boutique de parfums. Une grande marque propose deux produits. L’un destiné aux hommes, l’autre pour les femmes. Entre les deux, près de 20€ de différence. Afin de comprendre, nous questionnons une vendeuse. Elle nous confie son incompréhension : "Je n'ai jamais compris pourquoi il y a une différence de prix. Peut-être que la bouteille est plus travaillée ?" , s'interroge-t-elle.

Aucune étude ne permet d’objectiver le phénomène. En Belgique, l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes n'a jamais mené de recherches sur le concept, mais estime qu'on peut parler "d'une discrimination de genre." Véronique De Baets, porte-parole de l'Institut pour l'égalité des femmes et des hommes, évoque le concept de la taxe rose: "En général, les producteurs justifient cette différence de prix en utilisant des arguments du type 'il y a moins de demande pour tel type de produit version féminine donc leur coût de production est plus élevé donc on les vend plus cher ou, autre argument, c’est considéré comme un produit de luxe pour les femmes et donc la TVA est à 21%, etc. "

Les femmes sont sociabilisées depuis qu'elles sont toutes petites à prendre beaucoup plus soin de leur apparence

Selon l’association "Femmes de droit" basée à Namur, la taxe rose n’est pas nouvelle. Derrière cette différence apparue dans les années 90, se cache des enjeux marketings importants. Miriam Ben Jattou, juriste et fondatrice de l'association, illustre : "Plutôt que d'avoir un couple qui se partage un rasoir, chacun des membres du couple va avoir son propre rasoir. Ça augmente le nombre de ventes et les bénéfices."

Reste une question, comment expliquer que cette différence joue en défaveur des femmes ? "Au niveau sociétal, les femmes sont sociabilisées depuis qu'elles sont toutes petites à prendre beaucoup plus soin de leur apparence. Elles sont donc prêtes à dépenser plus d'argent. On leur fait croire depuis toutes petites que c'est absolument indispensable", ajoute Miriam Ben Jattou.

Alors est-on face à une discrimination ? La difficulté reste à le prouver. Les marques n’hésitent pas à jouer sur des packagings différents pour justifier ces écarts de prix.

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

1 commentaire

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Car pour leur bien être on ne compte pas ou plus . Elles sont dépensières en habillement , chaussures , mode , maquillage souvent inutile , lingerie fine pour qui au final .

    Philibert Bernard
     Répondre