Accueil Actu Magazine Hi-Tech

Des matières premières pour les batteries de voitures électriques moins onéreuses

Les prix de matières premières intervenant dans la composition des batteries de véhicules électriques sont en forte baisse cette année. Le cours du lithium, du nickel et du cobalt avait flambé l'an dernier, suscitant l'inquiétude des constructeurs automobiles à propos d'une éventuelle pénurie à long terme.

Le prix du lithium a baissé de près de 70% sur base annuelle et le nickel a vu sa cote plonger de 40%. Le prix du cobalt est aussi en recul. Ce trio constitue les principaux ingrédients entrant dans la fabrication des batteries. La baisse s'explique par une croissance des ventes de véhicules électriques moins forte que prévu et une hausse de l'offre de ces matières premières en provenance de Chine, d'Indonésie et de République démocratique du Congo. "L'offre est actuellement largement suffisante", indique un analyste de la banque BMO Capital Markets. L'augmentation de la capacité de production en Chine, soutenue par des aides publiques, contribue également à ce que l'offre de batteries soit plus grande que la demande.

Ces prix plus faibles devraient alléger les coûts des constructeurs et pourraient rendre les voitures électriques plus accessibles aux consommateurs. Les prix du lithium, nickel et cobalt devraient rester à la baisse. Selon le bureau de conseil Benchmark Mineral Intelligence, les prochaines années devraient être marquées par une suroffre. Des pénuries ne sont pas attendues avant 2027 et 2028 pour le nickel et le lithium alors que la demande de cobalt ne devrait pas dépasser l'offre avant 2026.

Le groupe bancaire Citigroup avertit cependant de risques à la hausse, comme la possibilité que l'Indonésie, qui produit la moitié du nickel à l'échelle mondiale, n'entame des démarches politiques pour augmenter les prix.

À la une

Sélectionné pour vous