Accueil Actu Vos témoignages

"Ils m'ont pris 250 euros": Laure victime d'une société qui prétend retrouver votre smartphone perdu ou volé pour seulement 60 centimes

C'est via le bouton orange Alertez-nous que Laure (nom d'emprunt) nous a contactés à la suite d'une arnaque dont elle est victime. Ayant perdu son téléphone, elle a décidé d'utiliser un site proposant de géolocaliser son GSM contre seulement 60 centimes. Malheureusement, il s'agissait d'une arnaque et la société lui a soutiré 250 euros.

C'est un imprévu qui peut arriver à tout le monde. Malheureusement, pour Laure, cela lui a coûté cher. Un jour, après avoir passé un moment avec des amis, elle s'aperçoit qu'elle ne trouve plus son téléphone. Inquiète, elle décide d'utiliser un site pour le géolocaliser. "J'avais perdu mon téléphone, donc j'étais vraiment en panique".

Je me dis '60 centimes c'est bon, j'y vais'

Dans le stress, elle ne se souvient plus du nom du site gratuit qu'elle avait déjà utilisé dans le passé. Elle décide alors de se rendre sur un autre service. "Du coup, je me dis que je vais vite aller taper 'localiser mon téléphone' sur internet. Je l'ai fait et je n'ai pas retrouvé le site où je vais d'habitude. Et là, je suis tombé sur ce site où il était écrit en grand 'Pour 0.60 € seulement, localiser votre téléphone'. Dans la panique, je me dis '60 centimes c'est bon, j'y vais'".

Un site qui cache une arnaque

C'est là que les problèmes vont commencer pour Laure. Le site sur lequel elle se rend se nomme Gpsmob et propose en effet une période d'essai de 0.60 €. Seulement, et c'est là où le site est particulièrement malhonnête, c'est qu'en dessous de cette période d'essai est mentionné "Au bout de 24 heures et sans annulation, l'offre sera automatiquement renouvelée dans un abonnement mensuel sans engagement". À savoir que le site demande 49.99 € pour cet abonnement mensuel.


©Gpsmob

En faisant des recherches à propos d'outils permettant de calculer la fiabilité d'un site, nous avons découvert que Gpsmob obtient le score de 1% sur l'évaluateur "ScamDoc". Là où c'est particulièrement intéressant, c'est que dans les commentaires, un certain Philippe explique : "La première visite sur ce site (en novembre 2021) ne mentionnait absolument pas que l'achat de 0.60 € mènerait à un abonnement. Il le stipule aujourd'hui, mais ne le faisait pas à l'époque".


©Scamdoc

Laure nous a également confirmé que cette information ne se trouvait pas sur le site lorsqu'elle s'y est rendue à l'époque.

De l'argent retiré chaque mois alors qu'elle a retrouvé son GSM

"J'ai attendu pour avoir la localisation, rien du tout. Ils me renvoyaient vers un lien très bizarre", explique-t-elle. Quelques jours plus tard, des amis rapportent à Laure son téléphone. Elle l'avait oublié sur le siège de leur voiture. "Donc après ça, je n'ai plus fait attention à cette histoire de site", confie-t-elle. Quelque temps après, elle découvre, à son grand étonnement, qu'un montant lui a été débité sans qu'elle sache de quoi il s'agit.

Je vois un retrait de 49.99 €

"Au mois de septembre, je vois un retrait de 49.99 €. Je regarde pour voir ce que c'est et là, je tombe sur Gpsmob". Directement, elle décide d'appeler sa banque, qui lui explique que la société en question est basée en Espagne. "Quand j'ai la banque en ligne, ils me disent 'Madame, ce n'est pas la première fois où ils vous ont retiré. Cela fait déjà 5 mois".

Laure a dû s'y reprendre à plus de 20 reprises pour couper cette domiciliation involontaire. "J'ai finalement réussi à faire annuler l'abonnement. Je les ai contactés pour dire que je n'étais évidemment pas d'accord".

Elle explique également que leurs conditions générales stipulent que la société envoie un mail de validation d'abonnement. Or, elle n'a jamais reçu ce mail de validation. "Je les ai prévenus que je n'allais pas en rester là, que j'allais saisir la justice".

Des conditions générales d'utilisation cachées

Lorsque qu'elle arrive à contacter la société, celle-ci la renvoie vers les CGU (conditions générales d'utilisation). "Eux m'ont dit que leurs conditions générales stipulaient que lorsqu'on demande une localisation à 60 cents, s'il n'y a pas d'annulation de notre part, le lendemain, on est prélevé de 49.99 € et ce, tous les mois". Comme l'explique notre témoin, cette information n'apparaissait pas lorsqu'elle s'était rendue sur le site à l'époque. "mai-juin-juillet-août ont été prélevés", s'agace Laure.

"Tout ce qu'ils m'ont dit, c'est qu'ils pouvaient faire un remboursement du dernier paiement puisque c'était moins de 15 jours, mais que, comme ils sont un service multimédia, ils ne peuvent pas retourner au-delà de 15 jours".

Il est hors de question qu'on me prenne 200 euros pour du vent

Après de multiples appels avec sa banque pour exiger un remboursement, Laure est toujours en attente. Cependant, elle ne compte pas lâcher l'affaire. "Le centre européen des consommateurs me renvoie toujours vers ma banque. Mais ils ne me dirigent pas vers un service de fraude. J'ai même déposé une plainte à la police".

Devant s'occuper d'un enfant et avec une période économique difficile qui touche le pays, Laure ne peut pas se permettre de perdre cet argent. "Il est hors de question qu'on me prenne 200 € pour du vent".

Des services souvent malveillants, mais il y a des solutions très simples

Des sociétés malhonnêtes se cachant derrière des offres alléchantes sont malheureusement nombreuses sur Internet. Lorsque certains sites offrent réellement un service fiable, d'autres en profitent pour escroquer de l'argent à l'insu du consommateur.

Grâce à l'évolution des technologies des dernières années, la plupart des smartphones sont dotés d'un service de géolocalisation dans leur système d'exploitation. Il est donc préférable de passer par ce dernier plutôt que par une société tierce. Sur un smartphone Android, il faut aller sur google.com/android/find. Sur un iPhone (ou tout autre appareil Apple), c'est icloud/find. Certains fabricants utilisant Android rajoutent leur propre logiciel de localisation, c'est le cas de Samsung avec findmymobile.samsung.com.

Important: vérifiez que ces services sont activement, car par défaut, il n'est pas certain que vous ayez coché les bonnes cases lors de la mise en service du smartphone, afin d'être prudent. Rendez-vous donc sur ces sites, connectez-vous avec votre compte Google, Apple ou Samsung, et vérifiez que cela fonctionne. 

Une géolocalisation ne débouche pas forcément sur un mandat

Dans un reportage RTL info publié le 17 novembre 2021, un cas lié à la géolocalisation nous avait également été signalé. Un jeune homme et son ami avaient été agressés lors d'une soirée, des malfrats leur avaient volé leur téléphone. En utilisant le système de géolocalisation, ils ont réussi à trouver où se trouvaient les téléphones et ont alors décidé de se rendre à la police. Seulement, ceux-ci ont expliqué aux deux jeunes hommes que la police ne pouvait pas rentrer chez les individus, car "sans mandat, ils ne peuvent rien faire et qu'un juge ne délivre pas un mandat sous prétexte qu'un téléphone volé a été localisé" expliquait François dans l'article.

À la une

Sélectionné pour vous