Accueil Actu

40 millions d'euros: c'est ce que devrait coûter la crise énergétique aux écoles francophones

Etienne Michel, le directeur du Secrétariat général de l’Enseignement catholique, SeGEC , était l’invité de la matinale de Bel RTL. Interrogé par Fabrice Grsofilley, il a livré une estimation de coût de la crise pour les écoles.

Soixante et un million d'euros, c'est, selon une estimation du Secrétariat général de l'enseignement catholique (Segec), la facture additionnelle des crises énergétiques et inflationnistes pour l'école. Le choc énergétique est lui estimé à 40 millions d’euros pour l’ensemble des écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Etienne Michel explique que certaines écoles sont plus protégées contre les augmentations des prix de l’énergie, car elles ont des contrats négociés par l’intermédiaire de centrales de marché. D’autres par contre, sont soumises à des contrats variables et sont donc plus vulnérables.

Face à cette situation, "aucune école ne sera laissée au bord du chemin pour faire face à ses dépenses énergétiques au détriment du pédagogique", a promis le ministre francophone du Budget, Frédéric Daerden.

Parmi les pistes, il y a la création d’un fonds d’urgence. C’est la solution préconisée par le SeGEC, "une intervention en capital", précise Etienne Michel : "Et là où nous rejoignons le ministre, c’est dans l’idée que ce fonds d’urgence doit sans doute être ciblée auprès des écoles qui en ont le plus besoin, parce que le choc touche les écoles de manière très asymétrique, et ça va être plus douloureux pour les écoles qui ont des contrats variables".

Quelques conseils aux écoles pour faire des économies

Le SeGEC recommande aux écoles d’activer les chauffages deux heures avant l’arrivée des élèves et de les couper une heure avant la fin des cours. "On invite les écoles à réduire aussi la température d’un degré, comme partout dans la société", ajoute Etienne Michel qui pointe également les rideaux : "quand il y a des tentures, c’est très utile de les fermer le soir. Il fait encore clair quand on quitte l’école à 16h, mais cela va permettre des économies d’énergie parce que la température va moins diminuer la nuit. Il faut également aérer de manière rationnelle : cinq à dix minutes toutes les heures".