Accueil Actu

Sophie, 15 ans, a raté son année en raison des fuites aux examens qui ont eu lieu en juin

À Visé, une jeune fille de 15 ans a subi les conséquences des fuites des examens du secondaire qui se sont produites en juin dernier. Sophie avait passé les 2 examens qui ont été annulés, sauf que son école a pris les points en compte, et elle les a ratés. Conséquence, elle doit passer en technique.

Alors que la ministre de l’Enseignement en Fédération Wallonie Bruxelles, Joëlle Milquet avait pourtant annoncé en juin l’annulation des examens pour lesquels des correctifs avaient circulé avant l’épreuve, Sophie, une Liégeoise de 15 ans, en a été victime. La jeune fille a échoué aux deux examens à l’origine du scandale (néerlandais et sciences), et malgré une moyenne de l’année correcte (65%), son collège (Saint-Hadelin à Visé) l’a obligée à abandonner le général pour le technique de qualification.


"Je trouve qu’elle n’a pas été récompensée pour les efforts qu’elle a faits toute l’année passée"

La jeune fille a donc fait sa rentrée dans un autre établissement scolaire où elle n’a plus aucun repère et ami. Le papa de Sophie a introduit un recours en urgence le 3 juillet dernier. Il a reçu la réponse en début de semaine. : la Fédération Wallonie-Bruxelles rejette la demande. "C’est très difficile pour elle. D’abord je trouve qu’elle n’a pas été récompensée pour les efforts qu’elle a faits toute l’année passée. Et puis le deuxième problème, c’est qu’elle a dû envisager de trouver une autre orientation à sa vie scolaire, et toujours de garder la porte de l’enseignement général qui était ouverte tant qu’on n’avait pas la décision du Recours. Maintenant c’est clair, elle ne peut pas poursuivre dans le général. Dans les prochains jours, maintenant que j’ai la décision, on va d’abord essayer de vivre sereinement la rentrée et puis je vais quand même prendre conseil auprès d’un juriste pour voir, pour le principe, s’il y a quelque chose à faire ou pas", a-t-il expliqué au micro de Samuel Ledoux pour Bel RTL.

Le cabinet Milquet ne fournit pour l’instant aucun chiffre sur le nombre de recours reçus et ceux qui sont acceptés. Ils sont toujours en phase de tri et de gestion des dossiers.