En ce moment
 
 

Attentats de Paris: voici où s'est planqué Salah Abdeslam à Schaerbeek

  • Attentats de Paris: les bombes ont été préparées à Schaerbeek

  • Doit-on redouter un attentat en Belgique le 15 janvier?

 

Les ceintures d'explosifs utilisées lors des attentats du 13 novembre à Paris ont été confectionnées à Schaerbeek. Un véritable atelier a été découvert le 10 décembre dans un appartement. Les enquêteurs y ont trouvé des traces d'explosifs ainsi que trois ceintures cousues à la main. Une empreinte digitale de Salah Abdeslam a également été découverte sur les lieux, ce qui laisse penser que l'endroit a peut-être aussi servi de planque à Abdeslam après les attentats.

Les ceintures d'explosifs portées par les auteurs des attentats de Paris ont été confectionnées dans un appartement de Schaerbeek, indiquent vendredi De Standaard, Het Nieuwsblad et Het Laatste Nieuws. Les enquêteurs pensent que le lieu, qui a été loué par un suspect actuellement sous mandat d'arrêt, a également servi de planque à Salah Abdeslam après les attentats.


La confection des bombes en deux temps

L'atelier de confection des bombes a été découvert dès le 9 décembre par les enquêteurs. Ces derniers ont trouvé des traces d'explosifs TATP, l'explosif utilisé par les kamikazes des attentats de Paris. Ils ont aussi découvert trois ceintures cousues à la main et qui auraient pu être employées pour transporter des charges explosives.

La confection des bombes aurait été réalisée en 2 temps, avec la fabrication des explosifs et des ceintures d'abord, à Bruxelles, puis l'ajout des détonateurs dans un hôtel d'Alfortville, à proximité de Paris. Endroit où Salah Abdeslam avait réservé deux chambres, et mis au jour juste après les attentats du 13 novembre.


Une empreinte prélevée

Enfin, une empreinte digitale a aussi été prélevée dans l'appartement de Schaerbeek. Celle de Salah Abdeslam, encore lui. Les lieux lui auraient servi de planque après les attentats et peut-être aussi avant. Il s'agirait donc ici d'une deuxième planque utilisée par les terroristes après celle d'Auvelais, louée par le suspect Mohamed Bakkali, près de Namur.

Dans le cadre de l'instruction judiciaire ouverte à la suite des attentats à Paris, le parquet fédéral a confirmé vendredi la découverte de matériel destiné à la préparation d'explosifs ainsi que celle de traces de TATP lors d'une perquisition menée le 10 décembre 2015 au troisième étage d'un appartement situé à Schaerbeek, rue Henri Bergé.

Vos commentaires