En ce moment
 
 

Dave De Kock, déjà condamné pour le meurtre d’un enfant: des psychiatres confirment la difficulté de soigner ce type de profil

 
 

Dans le cadre d’un premier procès pour meurtre d’un enfant, Dave De Kock avait été décrit, dans un rapport psychiatrique comme présentant "un trouble de la personnalité antisociale avec une faible tolérance à la frustration". Il avait été demandé à ce qu’il soit interné dans un établissement psychiatrique. Ce qui n’avait pas pu se faire, faute de place. Le psychiatre Kevin Namèche, est aussi chef de clinique d’un établissement de défense sociale. Il rappelle à ce propos "qu’une hospitalisation dans un service de psychiatrie, c’est une indication qui est posée par un médecin, donc cela nécessite une rencontre avec un médecin. Et il se peut que l’indication d’une hospitalisation au moment où on rencontre le patient n’est pas posée".

Existe-t-il des traitements efficaces ?

"Si on parle d’un patient présentant un trouble de personnalité anti-sociale. Il y a des traitements, dans la mesure où le patient s’implique dans une psychothérapie, on peut éventuellement obtenir certains résultats en termes de gestion des émotions, des frustrations par exemple. La prise en charge est extrêmement compliquée car en général ces patients ne demandent pas d’aide. Finalement, les traitements ont surtout lieu sous la contrainte, lorsqu’ils sont placés en prison ou en défense sociale. Et les traitements visent essentiellement à gérer tous les composants de l’impulsivité ou les problèmes annexes, comme la toxicomanie par exemple", précise le psychiatre Kevin Namèche.

La psychiatre Caroline Depuydt, nous éclaire également : "Un trouble psychopathique, si on parle bien de cela, c’est un trouble de la personnalité, ce n’est pas une maladie, c’est quelque chose qu’on est , donc on ne peut soigner cela en tant que tel. Par contre, la personne peut souffrir de cela, mais cela doit venir d’elle. Si elle veut vraiment trouver des outils pour gérer ses émotions et gérer ses impulsions. Alors là il y a quelque chose à faire. Si cela ne vient pas de la personne, on ne peut pas malgré elle, venir et traiter quelque chose qui est là".


 

Vos commentaires