En ce moment
 
 

Décès de Joyce Sparenberg, retrouvée morte dans son appartement à Gand: deux Hennuyers devant la justice

Décès de Joyce Sparenberg, retrouvée morte dans son appartement à Gand: deux Hennuyers devant la justice
Capture d'écran Het Nieuwsblad

Deux jeunes sont accusés de vol de produits stupéfiants avec la circonstance aggravante du meurtre d'une jeune femme de 28 ans à Gand en 2017. Le procès vient de débuter devant la cour d'assises du Hainaut.

Le procès de Joël Dopchie (24 ans) et de Guillaume Lecharlier (20 ans), deux Hennuyers originaires de Lessines et de Bernissart, a débuté lundi devant la cour d'assises du Hainaut. Les deux jeunes garçons sont accusés d'un vol de produits stupéfiants avec la circonstance aggravante du meurtre de Joyce Sparenberg, commis le 28 mars 2017 à Gand, Le procès est prévu pour une semaine.

Huit femmes et quatre hommes ont été tirés au sort, jeudi, pour former le jury populaire. Deux femmes et un homme seront les jurés suppléants. Le 31 mars 2017, les policiers de Gand étaient informés par un jeune homme qu'un corps sans vie avait été découvert dans un appartement situé le long du Neermeerskaai. Il s'agissait de Joyce Sparenberg, une jeune femme de 28 ans.



La victime avait vendu des stupéfiants aux accusés

Trois jours plus tôt, elle avait reçu la visite des deux accusés à la recherche de kétamine, un psychotrope utilisé en médecine comme produit anesthésique mais détourné pour ses propriétés stupéfiantes. Ce produit était vendu lors de rave-party dont étaient adeptes les deux accusés. Joyce, qui avait diminué sa consommation de drogues, continuait à en vendre.

Le corps de la jeune femme était couché sur le ventre, sous une couverture, entouré de traces de sang. Les policiers ont retrouvé un couteau, un couteau à huîtres et une paire de ciseaux ensanglantés. Il y avait aussi un marteau. La jeune femme a été massacrée par des coups portés au niveau du cou et de la tête avec des objets coupants et contondants.

Renvoi linguistique

Ce procès a fait l'objet d'un renvoi lingusitique à la demande de la défense. Les accusés ont souhaité être jugés dans leur langue maternelle mais la procédure s'est déroulée en néerlandais. Le procès est présidé par Jean-Francis Jonckheere. Marc De Brackeleer est avocat général. La défense est assurée par Me Carine Couquelet et Me Valérie Bailleux (Dopchie) et par Me Sven Mary et Me Louis Degroote (Lecharlier). Lundi, la cour entendra notamment le juge d'instruction et les enquêteurs. 

Vos commentaires