En ce moment
 

La justice oblige l'État belge à organiser le transfert de détenus radicalisés vers le tribunal: ils veulent se plaindre de leurs conditions de détention

La justice oblige l'État belge à organiser le transfert de détenus radicalisés vers le tribunal: ils veulent se plaindre de leurs conditions de détention

L'État belge est condamné à organiser le transfert vers le Palais de justice de Bruxelles de cinq détenus emprisonnés dans la section Deradex de la prison d'Ittre, un quartier haute sécurité pour détenus radicalisés. Ces détenus veulent dénoncer leurs conditions de détention et ils veulent le faire en personne.

Ils veulent témoigner de leurs conditions de vie. Ces détenus passent le plus clair de leur temps en cellule, avec presque pas de formation ou de travail, sans accès réel à un préau et avec peu d'encadrement psycho-social. Ils veulent que cela change.

Ils voulaient s'expliquer à la mi-novembre devant le tribunal civil mais l'administration pénitentiaire et le parquet n'avaient alors rien fait pour permettre leur transfert. Une attitude contraire à plusieurs dispositions dont la Convention universelle des droits de l'homme qui déclare que tout le monde peut comparaitre personnellement devant ses juges.

Le tribunal de Bruxelles vient donc de condamner l'État belge à s'organiser pour que ces détenus puissent venir à Bruxelles. Si ce n'est pas le cas, une astreinte de 10.000 euros est prévue. Il reste maintenant un peu plus de trois mois et demi au ministère de la justice pour sécuriser le transfert de ces cinq détenus radicaux de la prison d'Ittre vers le palais de justice de Bruxelles
et aussi d'assurer la sécurité du palais durant la prochaine audience prévue fin mars.

Vos commentaires