En ce moment
 
 

Le dossier de l'effondrement dans une maison mardi à Mons a été mis à l'instruction

Le dossier relatif à l'effondrement de l'étage d'une maison mardi à la rue des Juifs à Mons a été mis à l'instruction à l'Auditorat du Travail pour homicide involontaire. Le locataire de l'immeuble est décédé dans l'accident.

L'Auditeur du Travail Charles-Eric Clesse a indiqué mercredi que le dossier relatif à l'effondrement, mardi, de l'étage d'une maison située à la rue des Juifs à Mons a été mis à l'instruction pour homicide involontaire. Le locataire de l'immeuble, un homme de 29 ans, qui se trouvait au rez-de-chaussée au moment de l'effondrement, a perdu la vie.

L'enquête menée par l'Auditorat, dont le point de départ est une infraction au règlement général sur la protection du travail, doit faire toute la lumière sur les causes et les responsabilités du sinistre. L'Auditeur avait indiqué mardi que des charges de matériaux trop importantes stockées au premier étage du bâtiment, en travaux, pourraient être à l'origine de l'effondrement.

Deux ouvriers qui étaient sur le chantier ont été légèrement blessés et transportés à l'hôpital. L'expert mandaté par l'Auditorat doit remettre mercredi un premier rapport à la juge d'Instruction en charge du dossier. L'employeur ainsi que les deux ouvriers qui se trouvaient sur le chantier seront auditionnés dans le cadre de l'enquête. L'Auditorat avait indiqué mardi que les deux travailleurs n'étaient pas déclarés.


D'autres habitations anciennes dans la même rue

Les opérations de sécurisation ont quant à elles débuté vers 7h30 ce matin. Quelques habitants du quartier ont assisté aux manoeuvres, encore émus. Ils pensent d'abord à la victime, Franck, un jeune homme de 29 ans, et surtout un futur papa.

Ces riverains s' interrogent aussi sur l'état des bâtiments dans la rue des Juifs. "Apparemment, beaucoup de bâtiments sont insalubres ici, et les gens ont peur de le dire à la commune, de peur d'être mis dehors", raconte une habitante. 

L'entreprise en charge des opérations de stabilisation doit procéder avec prudence. Ils ont choisi d'enlever la toiture pour accéder au bâtiment. "Le but est de stabiliser les immeubles de part et d'autre en installant des structures qui vont retenir les deux immeubles pour éviter tout dommage", expose Xavier Duveau, directeur du service technique de la Ville de Mons. "Le travail par l'intérieur de l'habitation est beaucoup trop dangereux, parce qu'il y a encore des éléments qui risquent de chuter sur le personnel qui interviendrait donc on a pris la décision de travailler par le haut."

Une opération qui devrait durer toute la journée. Demain, les équipes procéderont à la stabilisation des immeubles.

Vos commentaires