En ce moment
 
 

Le vitrioleur de Molenbeek déjà suspecté du meurtre d’un bébé

L'homme qui a jeté de l’acide au visage de sa voisine (photo) mardi avait déjà été suspecté du meurtre d'un bébé de 15 mois en 1988, écrit La Dernière Heure ce vendredi.

La petite Sandra avait été retrouvée au bas de son immeuble, ayant apparemment succombé à une chute de onze étages. L'autopsie et l'enquête avaient cependant montré qu'elle avait été battue à mort et que l'hypothèse de la chute accidentelle était peu vraisemblable. Le vitrioleur avait alors été suspecté, mais la maman de l'enfant et lui se rejetaient la responsabilité de la mort et aucun d'eux n'a été jugé et condamné.

 

Rouée de coups, la langue électrocutée …


Dans cette affaire sordide, voici ce qui a été imputé à Richard Rennes sans qu’il ne soit ni jugé ni condamné : Sandra avait subi de nombreuses maltraitances, elle avait eu le thorax écrasé à l’aide d’un extincteur et la langue brûlée par électrocution ! S’il ne faisait aucun doute que l’enfant n’avait pu mourir que par la main d’un adulte, les versions de sa mère et de Richard Rennes, son compagnon de l’époque, étaient opposées.

 

Carmen (alias Patricia) aveugle à vie … si elle survit

La vie de Carmen, 45 ans, a basculé à tout jamais mardi après-midi. Richard Rennes n’a apparemment pas supporté d’avoir été éconduit et il lui a tendu un piège. Il lui a jeté de l’acide au visage et en a déversé dans sa nuque.


La victime est toujours aux soins intensifs de l’hôpital pour grands brûlés de Neder-Over-Hembeek. Elle a été plongée dans un coma thérapeutique afin de lui éviter la douleur. Elle restera défigurée, ça c’est acquis. Pour ses yeux, les médecins son formels : elle sera au moins aveugle d’un œil et pourrait perdre également le second. Et cela si elle survit. Car en raison des brûlures au 4ème degré, ses organes internes ne sont plus irrigués.

 

Son « histoire » avec son bourreau


Entre les deux voisins, tout a commencé il y a un an par d’innocents SMS de « Joyeux noël » et « Bonne année ». Ils se sont ensuite vus pour prendre un café, puis aller au restaurant … Un début de relation des plus habituels. Mais récemment, Patricia a découvert la vérité que Richard lui cachait : Il est marié, il a cinq enfants et non deux … et ne cherchait qu’à assouvir ses besoins sexuels.

Patricia a donc décidé d’arrêter là leur relation … mais c’était sans compter sur Richard qui n’acceptait pas. Avant de la défigurer, elle l’avait déjà suspecté d’avoir brisé à plusieurs reprises les vitres de sa voiture.


Vos commentaires