Organisation de "chasses" au cannabis: le parquet de Bruxelles enquête

Organisation de
©Belga

Une information judiciaire a été ouverte le 10 avril dernier contre les divers organisateurs de chasses au cannabis (cannabidiol) pour incitation à la consommation de stupéfiants en association, a annoncé vendredi en fin de matinée Stéphanie Lagasse, porte-parole du parquet de Bruxelles.

"Suite à diverses informations reçues et aux articles parus dans la presse quant à l'organisation d'une chasse au cannabis (cannabidiol), le parquet de Bruxelles a ouvert le 10 avril 2019 une information judiciaire contre les divers organisateurs de ces événements pour incitation à la consommation de stupéfiants en association", a informé la porte-parole.


La distinction entre le cannabidiol et le cannabis

"Le parquet tient à rappeler que dans l'état actuel de la législation, la vente de cannabidiol n'est pas soumise à la loi de 1921 sur le trafic de stupéfiants uniquement à la condition que le taux de THC contenu ne soit pas supérieur à 0,2%. Elle est par contre soumise au respect de diverses législations en matière de santé publique et de fiscalité", a-t-elle détaillé.

"La vente de cannabis, la détention de cannabis en vue de la vente et l'incitation à en consommer sont illégales. Les personnes qui s'y adonnent encourent des peines de prison qui, lorsque l'incitation et la vente visent des mineurs d'âges (les conséquences sur la santé de ceux-ci peuvent être irréversibles), peuvent aller jusqu'à 20 ans de prison", a rappelé Stéphanie Lagasse. La détention de cannabis en vue de la consommation personnelle, quelle que soit la quantité, est toujours illégale et les personnes s'exposent à des peines d'amende voire à des peines plus sévères en cas de récidive.

Vos commentaires