En ce moment
 
 

Sharia4Belgium: qui a fait quoi dans ce groupuscule?

Sharia4Belgium: qui a fait quoi dans ce groupuscule?
 
 

Le ministère public a donné des éclaircissements sur l'implication de 36 prévenus, mardi au 2e jour du procès pour terrorisme du groupuscule Sharia4Belgium. Parmi eux, Nabil K. et Brahim B, considérés comme des leaders de l'organisation et jugés par défaut. Quant à Fouad Belkacem, le ministère public a requis 15 ans de prison.

Le ministère public a requis mardi 15 ans de prison pour Fouad Belkacem, qu'il considère comme le chef d'une organisation terroriste. Le procès pour terrorisme du groupuscule Sharia4Belgium s'est ouvert pour sa deuxième journée mardi au tribunal correctionnel d'Anvers. Fouad Belkacem ne s'est pas présenté au procès. "Il a ses raisons, mais cela ne signifie certainement pas une absence de respect envers le tribunal", a indiqué son avocat Me John Maes.

Les rôles des différents membres

Nabil K. et Brahim B. avaient des responsabilités particulières au sein du groupuscule Sharia4Belgium: ils s'occupaient des contacts internationaux avec des personnes partageant leur idéologie et ont également fait office de pionniers dans la lutte armée à l'étranger. Dans cette optique, ils se sont rendus du 19 au 25 janvier 2012 au Liban, où ils ont vraisemblablement rencontré le théologien djihadiste Omar Bakri. Ils ont par ailleurs voyagé au Yémen pour tenter d'entrer en contact avec Al Qaïda, mais aussi en Syrie en août 2012.

Houssien probablement mort en Syrie

De son côté, Houssien E., qui est probablement mort en Syrie, dirigeait avec Elias T. et Abdelmajid G. la branche vilvordoise de Sharia4Belgium. L'intéressé a lui aussi joué un rôle important puisqu'il était à la tête d'un groupe de combattants étrangers en Syrie. L'homme cite d'ailleurs ce groupuscule comme employeur sur son profil Facebook.

Il revenait également à Houssien E. de donner son approbation pour le départ de combattants depuis la Belgique. Il organisait leur voyage et les récupérait à la frontière syrienne. C'est lui aussi qui avait décidé de la détention de Jejoen Bontinck.





 

Vos commentaires