En ce moment
 
 

Décryptage: que faisaient des "barmans" derrière le ministre Frank Vandenbroucke lors de son interview ?

 
 

Mardi dernier, nous étions à la Chambre pour interviewer le ministre de la Santé. Et à l'arrière-plan, beaucoup de gens l'ont remarqué et se sont indignés sur les réseaux sociaux, on voit deux hommes derrière un bar :

Nous avons analysé les images et enquêté. Il ne s'agit pas à proprement parler de barmans, car ils ont le statut d'huissiers. Mais ils étaient effectivement occupés à travailler derrière un bar.

Il s'agit d'une des buvettes de la Chambre. Nous sommes allés visiter cette buvette, qui n'est pas vraiment un service de restauration, mais de boisson.

La cafétaria est actuellement fermée, comme dans toutes les entreprises. On ne peut pas s'assoir à table pour manger.

Mais les députés peuvent venir se servir en boissons non alcoolisées, et même en soupe. Ils peuvent aussi se faire servir quand ils sont dans l'hémicycle.

Rappelons que la Chambre fait partie des services dits "essentiels". C'est une institution qui fait tourner le pays, c'est logique. Mais sa buvette est-elle aussi essentielle ?

"Les députés doivent rester dans la salle"

Le centre de crise nous précise que ce genre d'institution n'est pas obligée de suivre aussi strictement les règles en vigueur que le reste de la population, du moins quand ça s'impose.

De plus, à la Chambre, il y a actuellement un mode de fonctionnement adapté. Il y a deux fois moins d'huissiers qu'à l'habitude. Le personnel est donc limité. Et ces huissiers sont considérés comme essentiels car ils ont d'autres missions, comme la désinfection des pupitres entre chaque intervenant.

Malgré tout, ces députés ne pourraient-ils pas se servir eux-mêmes à une fontaine à eau, comme tout le monde ? "Il ne faut pas oublier qu'un député doit rester dans la salle, il doit écouter le débat. Surtout qu'à l'heure actuelle, il n'y a pas beaucoup de députés présents. Donc on prévoit une logistique minimale qui nous semble nécessaire", selon Eric Morreel, directeur général des services de la Chambre.




 

Vos commentaires