En ce moment
 

La commission Affaires sociales approuve le volet social du deal pour l'emploi

La commission Affaires sociales approuve le volet social du deal pour l'emploi

(Belga) Les travailleurs licenciés pourront obtenir un tiers de leur indemnité de licenciement sous la forme d'un budget formation fiscalement avantageux, en vertu d'un amendement au volet social du deal pour l'emploi approuvé mercredi en deuxième lecture en commission Affaires sociales de la Chambre. Seuls le PS, le sp.a et Ecolo-Groen s'y sont opposés. Le droit de vote aux élections sociales pour les travailleurs intérimaires a aussi été entériné.

Le volet fiscal du deal est à l'agenda de la plénière de jeudi. Le volet social sera prochainement examiné. Le texte porte sur les starters jobs pour les jeunes, le reclassement après un licenciement pour raisons médicales, l'obligation d'inscription auprès de l'office pour l'emploi après un licenciement et l'exonération des prestations, la clause d'écolage pour les métiers en pénurie ou encore les indemnités d'incapacité de travail pour ceux qui travaillent encore après l'âge de la pension. Mercredi, la commission a aussi débattu de la proposition de loi visant à permettre aux travailleurs intérimaires de prendre part aux élections sociales de 2020 dans l'entreprise dans laquelle ils travaillent depuis longtemps. Une large majorité a pu être obtenue, seul le MR s'étant abstenu, se félicite la CSC. "Dès qu'ils ont trois mois d'ancienneté, les travailleurs fixes ou les travailleurs temporaires ont le droit de vote. Ce n'était pas le cas pour les travailleurs intérimaires qui travaillent dans l'entreprise parfois depuis bien plus longtemps." De son côté, le patronat déplore cette décision, la FEB soulignant que les partenaires "n'ont pas suivi la proposition du Conseil national du Travail de reprendre l'ancienneté des intérimaires dans le décompte de la condition de trois mois pour pouvoir participer au vote". "Cela introduit des charges administratives disproportionnées pour l'employeur", fustige la Fédération patronale, qui réclame un débat afin de parvenir à une "solution équilibrée". (Belga)

Vos commentaires