En ce moment
 
 

Manifestation contre les violences envers les femmes à Bruxelles

(Belga) Quelque 250 personnes ont manifesté jeudi en fin d'après-midi au Mont des Arts à Bruxelles contre les violences envers les femmes. L'événement s'inscrivait dans le cadre du 20e anniversaire du European Women's Lobby, célébré plus tôt dans la journée à l'hôtel de Ville.

Les 250 personnes à l'hôtel de Ville se sont rendues ensemble à la manifestation. Celle-ci visait entre autres à donner de la visibilité aux associations de terrain et aux "survivantes". La couleur violette du féminisme a prédominé. Des mains géantes violettes ont été levées pour dire stop aux violences. Des ballons blancs portaient le symbole féminin. Les quelque 300 fleurs violettes données par la Ville ont été posées au sol pour former le sigle de la femme. Une chorégraphie silencieuse a symbolisé les voix des victimes qui ne sont pas crues. La foule s'est baissée, puis s'est levée poing en l'air. Des bras croisés devant la poitrine ont appelé à lutter contre le viol. Les manifestants se sont enfin pris la main en signe d'unité contre les violences. La féministe américaine, Gloria Steinem, a notamment remercié le mouvement féministe européen pour sa solidarité envers les femmes aux Etats-Unis à la suite de l'élection de Donald Trump. "Les femmes parlent des violences et il est temps que la société accepte de les entendre", défend Pierrette Pape, directrice des campagnes au European Women's Lobby. "Pour s'approprier une des phrases-clé de la carrière de Gloria Steinem, ce qu'on veut c'est une révolution, pas juste une réforme." Des associations ont attiré l'attention sur l'avortement. "Le projet de législation sur le statut et l'octroi d'un nom aux fœtus met en danger le droit à l'avortement sous certaines conditions en Belgique", estime Susann Heenen-Wolff, une des auteures du "Manifeste des 350". "La ministre de la Santé veut être plus stricte pour interdire aux centres de planning familial de distribuer la pilule du lendemain. On sent une influence plus grande de l'Église." Elle appelle à signer la pétition pour la sortie de l'avortement du code pénal, qui ne compte que 8.000 signatures. Sur la violence sexuelle, Pierrette Pape souligne qu'"un homme viole toutes les 8 minutes. Il faut remettre la responsabilité sur l'homme et parler du problème, de la culture du viol..." (Belga)

Vos commentaires