En ce moment
 
 

Sommet de crise à Bruxelles: les discussions se poursuivent à dix-sept

Après une première rencontre à Bruxelles entre les 27 pays de l'Union européenne dimanche en journée, les discussions sur le sauvetage de la zone euro ont repris en soirée, mais seulement avec les 17 chefs d'Etat et de gouvernement ayant l'euro pour monnaie.

Les dirigeants de la zone euro doivent poursuivre les discussions sur le nouveau plan de sauvetage de la Grèce, la recapitalisation des banques, ainsi que le renforcement de la Facilité européenne de stabilité financière (FESF), le fonds de sauvetage destiné aux pays de la zone euro.

Aucune conclusion

Aucune conclusion n'est toutefois attendue ce dimanche, les dirigeants européens ayant déjà convenu de se retrouver mercredi à 18h00 à Bruxelles pour finaliser le paquet. Intervenant lors d'une conférence de presse commune, tant la chancelière allemande Angela Merkel que le président français Nicolas Sarkozy ont expliqué la lenteur des décisions par la "grande complexité technique" des discussions. "Ces travaux techniques avancent à un rythme rapide", a toutefois voulu rassurer Mme Merkel.

"Les travaux avancent bien"

M. Sarkozy a lui rappelé qu'un accord nécessitait le consensus de tous, en ce compris la Banque centrale européenne, le Fonds monétaire international, ainsi que la Commission européenne. Sur la recapitalisation des banques, "les travaux avancent bien", a ajouté le président français. "Sur le Fonds (de sauvetage, ndlr), les hypothèses se resserrent. Un assez large accord est en train de se dessiner", a-t-il assuré.

Van Rompuy présidera les sommets

M. Van Rompuy conduira à l'avenir officiellement les sommets de la zone euro, confirmant une fonction qui lui est déjà dévolue dans les faits. A l'avenir, le président des sommets de la zone euro sera désigné par les chefs d'Etat et de gouvernement, au moment de l'élection du président du Conseil européen pour un mandat de deux ans et demi. M. Van Rompuy a déjà laissé entendre qu'il était candidat à un deuxième mandat.
 

Vos commentaires