En ce moment
 
 

Vidéos, cartes et dessins: découvrez tous les voeux des politiques pour 2014 (analyse)

 
 

Comme c’est la tradition, jusque fin janvier, les hommes et femmes politiques ont commencé à poster leurs cartes de vœux, pour 2014, adressées aux électeurs, collaborateurs et rédactions du pays. Notre journaliste Antonio Solimando vous propose une compilation agrémentée de son analyse.

Les politiques profitent de la Nouvelle année pour envoyer leurs bons voeux par carte postale ou sur internet. Nous les avons rassemblés dans cet article. Notre journaliste politique Antonio Solimando épingle quelques tendances dans ces voeux 2014.
  • On relève cette année moins de "clips vidéo" qu’à l’accoutumée.
  • La tendance à ne publier que des versions électroniques, de la carte de vœux, s’accentue.
  • Les citations les plus utilisées, cette année, et sans surprise, sont celles de Nelson Mandela.
  • Les traditionnels caricaturistes sont à contribution: Dubus pour Bacquelaine et Reynders, par exemple.
  • Les originales: la recette du poulet avec les coprésidents aux fourneaux, pour promouvoir les circuits courts, chez Ecolo. La carte-bricolage du PS, la carte de vœux personnalisable avec les photos de vos amis, au CDH, le MR qui affirme qu’il n’a pas les boules, cette année, et le Reynders qui redonne à Manneken l’envie de "pisser".
  • Les bonnes œuvres : Huytebroeck (Ecolo) sur papier recyclé, Chastel (ministre de la simplification administrative) uniquement par voie électronique, Turtelboom (ministre de la Justice) avec une carte peinte par des détenus, la traduction par la ligue braille, pour le ministre de la personne handicapée Courard.

Ecolo met en scène ses deux coprésidents, derrière les fourneaux, en cuisine, pour concocter une recette de poulet façon grand-mère. Le but: promouvoir les produits locaux... Ecolo n’a pas oublié qu’il avait percé fabuleusement aux élections de 99, grâce à la dioxine. Il ressuscite la crise de la lasagne au cheval, sur son dessin, et nous souhaite une année pleine de saveurs.


 

Vos commentaires