En ce moment
 
 

"Les gens ne voient plus le risque": la mise en garde de Frank Vandenbroucke contre une sous-estimation du risque d'infection au Covid-19

"Les gens ne voient plus le risque": la mise en garde de Frank Vandenbroucke contre une sous-estimation du risque d'infection au Covid-19
©IMAGE BELGA
 
 

Le ministre de la Santé publique Frank Vandenbroucke (Vooruit) a mis en garde mardi en commission de la Chambre contre une sous-estimation du risque d'infection au Covid-19. "Parce que nous avons des mesures efficaces contre le virus, le risque est perçu comme moindre, a-t-il expliqué. "Les gens ne voient plus le risque, mais il est toujours là."

La commission Santé de la Chambre a débattu mardi d'un projet de loi relatif à l'amélioration de la qualité de l'air intérieur dans les lieux fermés accessibles au public. "Nous passons 85% de notre temps à l'intérieur", a rappelé le ministre. "Cela ne doit pas être sous-estimé." Le ministre a alors évoqué la vague automnale d'infections qui a commencé depuis la semaine dernière. "Il est temps de rappeler qu'il y a une circulation assez importante du virus et que nous sommes au début d'une vague."

Selon les chiffres de Sciensano, entre le 27 septembre et le 4 octobre, une moyenne de 94,3 patients ont été hospitalisés par jour pour Covid, soit une augmentation de 28% sur une base hebdomadaire. "Peut-être sommes-nous face au paradoxe de la prévention", a poursuivi le vice-Premier ministre Vooruit. "Nous avons pris des mesures efficaces, comme la vaccination. Nous savons que la ventilation est efficace. Mais parce que nous prenons des mesures efficaces et qui ont des conséquences, le risque est perçu comme moins grand. Il ne faut pas se laisser avoir par ce paradoxe de la prévention."

Frank Vandenbroucke a souligné l'importance d'une campagne de rappel de vaccination réussie. Cependant, malgré les efforts considérables des autorités, les résultats en Wallonie et à Bruxelles sont jusqu'à présent insatisfaisants. "Les responsables des modèles nous disent que nous devons avoir au moins 50% de la population vulnérable revaccinée, ainsi que tous les plus de 50 ans. Nous en sommes loin, surtout en Wallonie et à Bruxelles", a-t-il déclaré. "Les gens ne voient plus le risque, mais il est toujours là. C'est pourquoi nous devons de toute urgence accélérer la campagne."


 

Vos commentaires