En ce moment
 
 

"Tous les réacteurs de Doel et Tihange sont potentiellement à risque"

 
 

L'ensemble des 7 réacteurs nucléaires en Belgique sont susceptibles de présenter des dangers, et pas seulement Doel 3, affirme lundi Eric van Walle, du Centre d'étude de l'énergie nucléaire (CEN) dans Het Laatste Nieuws. "En réalité, tous les réacteurs de cette génération, dans le monde entier, peuvent présenter des anomalies." Le Centre d'Etude de l'Energie Nucléaire a démenti ces déclarations.

Doel 3 et Tihange 2, deux réacteurs nucléaires, ont été arrêtés, le premier en juillet dernier, le second la semaine dernière. Des fissures avaient en effet été constatées dans la cuve du réacteur de Doel 3. Selon Eric van Walle, du Centre d'étude de l'énergie nucléaire, ces deux réacteurs ne seraient pas les seuls à présenter des dangers, l'ensemble des 7 réacteurs nucléaires de Belgique sont concernés. "En réalité, tous les réacteurs de cette génération, dans le monde entier, peuvent présenter des anomalies", a-t-il déclaré dans Het Laatste Nieuws. Dans un communiqué, le Centred'Etude de l'Energie Nucléaire, a démentine ces déclarations:

"Eric van Walle a bien été confronté à cette question et a répondu que cette conclusion était 'vraiment prématurée'. Par ailleurs, le quotidien a illustré la citation par la photo de Willy De Roovere de l’AFNC qui a effectivement tenu ces propos dans une interview donnée au Morgen samedi. Nous regrettons cette confusion dans le nom des interviewés. Le SCK•CEN dispose d’une expertise importante en matière de cuves de centrales nucléaires, néanmoins, il estime qu’aujourd’hui toute conclusion serait hâtive, il convient d’attendre les résultats de l’étude."

Une erreur au niveau du matériau?

Les problèmes constatés sur la cuve du réacteur de Doel sont liés à une erreur au niveau de la fabrication qui peut être imputée au producteur mais aussi au matériau utilisé et au processus de fabrication de l'époque. D'autres cuves fabriquées et livrées par la Rotterdamsche Droogdok Maatschapij dans les années 70 pourraient donc présenter elles aussi des fissures. Dans le monde, il y a encore à l'heure actuelle 22 cuves livrées par cette société, dont la moitié aux Etats-Unis.      

De Roovere veut-il "créer la panique"?

De son côté, le vice-Premier ministre Johan Vande Lanotte (sp.a) critique vertement dans De Standaard et Het Nieuwsblad la gestion des dossiers de Doel 3 et Tihange 2 par l'AFCN, l'Agence fédérale pour le contrôle nucléaire. Il se montre particulièrement sévère envers le directeur général de l'AFCN, Willy De Roovere, qu'il accuse de "créer la panique" après que celui-ci a déclaré samedi, dans De Morgen, qu'"il y a plus de 50% de chances que la cuve du réacteur de Tihange présente les mêmes anomalies que Doel". Des critiques partagées par le secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet (cdH), qui parle lundi dans De Morgen d'un "message catastrophe" de la part de M. De Roovere.


 




 

Vos commentaires