En ce moment
 
 

Belgique: voici 5 actions concrètes pour atteindre nos objectifs en matière climatique

Pour limiter la hausse de température à 1,5 degré, il faudrait, tous les ans, réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6%. Et ce, pendant 10 ans. A l’échelle de notre pays, cela correspond à une réduction de 9 millions de tonnes d’émissions chaque année. Comment y parvenir? Cinq actions concrètes pourrait être mises en place.

L’urgence, c’est le message que veut faire passer cette COP 25. Les recommandations des Nations unies sont de plus en plus pressantes et les objectifs à atteindre sont interpellants. Pour limiter la hausse des températures à 1,5 degrés, il faudrait, tous les ans, réduire les émissions de gaz à effet de serre de 7,6% pendant 10 ans. Notre pays émet 115 millions de tonnes de gaz à effet de serre annuellement. Ces 7,6% correspondent donc à une réduction de 9 millions de tonnes d’émissions annuel.

Plusieurs scénarios pourraient permettre cette diminution. Voici 5 exemples d'action que notre pays pourrait mettre en place pour atteindre les objectifs fixés par l’ONU.

La première action serait de couper l’éclairage de l’ensemble de nos autoroutes. Cela permettrait de réduire nos émissions de 0,2%. C'est loin d'être assez, alors il faut penser à d'autres actions. Par exemple, la réduction de notre consommation de viande. Si tous les Belges mangeaient un steak de bœuf en moins par semaine, ils réduiraient de 2% leurs émissions de CO². "Arrêter de manger du bœuf peut diminuer notre production de gaz à effet de serre... mais attention d'autres aliments produisent énormément de CO², comme le riz par exemple", explique Damien Ernst, le spécialiste des questions énergétiques à l'ULiège.

Une troisième action possible serait de supprimer 1 million de voitures de notre territoire. Cela permettrait de réduire nos émissions de 1,75%, ce qui n'est toujours pas suffisant. Alors il faut trouver d’autres solutions, comme supprimer 700.000 vols intercontinentaux. Ce qui permettrait de diminuer encore de 1,25%, soit 3% au total en matière de mobilité. "Les avions n'émettent pas tellement de CO² si on parle en terme de kilomètre parcouru. Par contre, les vols parcourent beaucoup de kilomètres en une fois cela explique les hautes émissions de CO² de ce moyen de transport", précise Damien Ernst.

La dernière action présentée dans cet article serait d'isoler 1 million de logements passifs. Cette dernière action permet d’arriver aux 7,6% dont parle l’ONU. "Ce sont des mesures concrètes, mais il faudrait les perpétuer pendant 10 ans. Cela s'avère colossalement impossible", affirme le spécialiste de l'ULiège.

Si les Nations unies tirent la sonnette d’alarme, c’est parce que les promesses prises en 2015, notamment par la Belgique, n’ont pas été respectées. En effet, les émissions mondiales de CO² ont augmenté de 2,7 % l’an dernier.

Vos commentaires