En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: le confinement prolongé jusqu'au 19 avril, la perception immédiate des amendes mise en place

  • Coronavirus: les mesures de confinement prolongées jusqu''au 19 avril

  • Infraction%20au%20confinement%3A%20%22Il%20y%20aura%20des%20perceptions%20imm%C3%A9diate%22%20annonce%20Di%20Rupo

 
 
CORONAVIRUS
 

Le coronavirus en Belgique affecte le quotidien de millions de Belges. Le Conseil national de sécurité s'est réuni à partir de 14H ce vendredi. La réunion s'est terminée vers 17h45. Il a été décidé de prolonger les mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus jusqu'au 19 avril. Les autorités se laissent également la possibilité de prolonger à nouveau le confinement de deux semaines (donc jusqu'à la début mai). Suivez dans cet article les annonces et les précisions de la Première ministre Sophie Wilmès.

Le Conseil national de sécurité (CNS) s'est réuni ce vendredi après-midi dès 14h sous la présidence de la Première ministre, Sophie Wilmès. Au programme: prendre connaissance du rapport des experts du "risk management group", évaluer les mesures déjà prises et décider d'un prolongement au-delà du 5 avril.

L'information est tombée vers 18h: les mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus sont prolongées jusqu'au dimanche 19 avril (et non le 18 comme annoncé précédemment), c'est-à-dire le dernier week-end des vacances de Pâques.

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: LE DISCOURS DE LA PREMIÈRE MINISTRE

Nous avons pris une série de décisions qui s'appuient sur les recommandations des experts scientifiques et médicaux. [...]

Les scientifiques nous rapportent que certains indicateurs démontrent un ralentissement de la croissance exponentielle de l'épidémie. C'est une bonne nouvelle. Néanmoins, tous s'accordent à dire qu'il est beaucoup trop tôt pour affirmer avec certitude que l'épidémie est sous contrôle. Nos efforts ne font donc que commencer et si nous relâchons maintenant, les conséquences pourraient être dramatiques.

Il a été décidé que les mesures prises préalablement seront prolongées de deux semaines, jusqu'au 19 avril. Cette décision pourra être renouvelée de deux semaines jusqu'au 3 mai. La situation est évaluée en continu et les CNS seront convoqués régulièrement pour faire le point sur le situation. Ces mesures sont notre seule solution pour limiter la propagation du virus. Je rappelle que les citoyens sont tenus de rester chez eux. Seuls les déplacements nécessaires et pour raison urgente sont autorisés. A savoir le trajet entre le domicile et le travail quand le télétravail n'est pas possible. Les déplacements pour faire ses courses ou aller chez le médecin sont également autorisés.

Pour l'activité physique en plein air, je tiens à préciser que l'objectif est bien de rester en mouvement et de ne pas s'installer dans les parcs pendant des heures. Les citoyens sont donc dehors le temps de l'activité seulement. Après, ils sont tenus de rentrer chez eux. Ceux qui ne respectent pas ces règles seront sanctionnés. Il ne s'agit donc pas de se rendre dans les Ardennes ou à la mer pour la journée. En cas de non-respect, les sanctions sont et continueront à être appliquées. Nous mettrons en place à court terme un système de perception immédiate des amendes. Je dois vous le dire, nous ne sommes plus au stade de la prévention. Le respect des règles est fondamental. Il est indispensable que chacun joue le jeu.

Les lockdown party ont des conséquences sanitaires importantes. C'est un problème qui reste présent. Elles restent bien entendu interdites. Il y a beaucoup de jeunes qui ne se sentent pas concernés. Quand on est jeune, on se sent invincible, mais aujourd'hui on a en soins intensifs des jeunes aussi. C'est une réalité.

En ce qui concerne les entreprises. […] Des contrôles ont déjà eu lieu et les entreprises qui ne respectent pas les exigences seront sanctionnées et fermées. Il faut tenter de garder notre pays en activité, mais la priorité, c'est la santé des citoyens, et y compris celles et ceux qui travaillent.

Pour les écoles, et particulièrement leur fonctionnement durant les vacances de Pâques. La règle reste la même: la garderie des enfants dans les écoles doit pouvoir être assurée durant la période de Pâques également. Si ça s'avère impossible, une autre forme de garderie peut être organisée: à savoir les enfants gardés ensemble jusqu'à présent doivent continuer à être pris en charge ensemble et ne pas être mélangés à d'autres enfants. Les enfants seront de préférence pris en charge par des personnes avec qui ils ont déjà eu des contacts.

Nous devons tous nous soutenir les uns et les autres. Continuons à faire preuve de créativité pour maintenir les liens sociaux. Continuez à prendre soin de vous et continuez à prendre soin des autres.

CORONAVIRUS EN BELGIQUE: SOPHIE WILMÈS RÉPOND AUX QUESTIONS DES JOURNALISTES

Journaliste: Concernant la durée des sorties à l'extérieur, comme pour une activité physique ou une promenade, est-ce qu'il y a des précisions, des restrictions?

Sophie Wilmès: Nous en avons longuement parlé et nous pensons que si l'objectif à réaliser est bien clarifié, et nous disons aux personnes qu'il est très important de sortir, c'est normal, mais de grâce, quand vous sortez, essayez de vous limiter à la période la plus courte possible. Au temps vraiment nécessaire pour cette promenade ou cette activité physique. Nous ne voulons pas qu'à l'avenir les scientifiques reviennent chez nous et nous disent que des mesures encore plus strictes sont nécessaires. Plus il y a de personnes qui suivent les mesures, plus vite la situation se clarifiera et sera passée. C'est très important pour tous. Tout le monde est responsable et nous sommes convaincus que notre population est suffisamment responsable pour respecter cela avant de prendre plus de mesures ou de sanctions.

Journaliste: Qu'en est-il pour les festivals et les fêtes organisées durant l'été?

Sophie Wilmès: Si je peux me permettre, priorité aux choses prioritaires. Nous nous occupons actuellement de la situation sanitaire. Nous avons pris une décision jusqu'à la date de mi-avril. Après, il pourrait y avoir une nouvelle période de deux semaines. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour évaluer la situation chaque fois que c'est possible, chaque fois que nous pouvons voir une évolution de la situation sanitaire. Nous n'avons pas encore pensé à ce qui arrivera, à ce qu'on fera des festivals d'été. C'est un petit peu trop loin actuellement. Nos décisions sont prises sur base des conseils d'experts scientifiques. Jusqu'à présent on a scruté une période donnée, mais pas l'été. Nous devons aller étape par étape pour essayer de préparer la fin de la crise. ce sera une période très importante par rapport à la santé des gens. C'est dans un très court délai qu'il faudra réfléchir comment faire et quelles seront les mesures à prendre à ce moment-là. Je dois vous dire que je ne peux pas répondre actuellement.

Journaliste: Est-ce qu'il y actuellement un risque de saturation des hôpitaux?

Sophie Wilmès: L'objectif des mesures, c'est bien d'éviter la saturation des hôpitaux. Si la question est: est-ce que le risque existe? Nous n'aurions pas pris des mesures aussi importantes si nous ne craignons pas un risque de saturation. Nous avons entendu des experts selon lesquels la manière dont le nombre de cas augmente est en train de diminuer. Cela ne veut pas dire que le nombre de cas diminuent. Ça veut dire que l'accélération est moins forte. Ce qui est déjà un premier signe. On a aussi clairement entendu des experts selon lesquels il est beaucoup trop tôt pour tirer des conclusions. Ce qu'on a entendu des experts, c'est qu'en termes d'hospitalisation, de personnes en soins intensifs, nous n'avons pas encore vu le bout du tunnel. C'est pourquoi nous demandons aux citoyens de bien respecter les règles. Ça nous permettra à la fois d'assurer tant que faire se peut, que les hôpitaux soient en capacité d'accueillir les malades. Et ça permettra d'éviter des contaminations qui ne sont pas nécessaires. Et ça nous évitera de prendre des mesures encore plus drastiques.

Journaliste: On a aussi entendu beaucoup d'inquiétude de la part des travailleurs. Certains qui estiment ne pas dépendre de secteurs cruciaux et qui sont obligés d'aller travailler. Est-ce qu'il y a une redéfinition des secteurs cruciaux, avec peut-être moins d'entreprises qui entrent dans cette liste?

Sophie Wilmès: Il faut bien comprendre le raisonnement. Le raisonnement de base fonctionne pour tout le monde. Toutes les entreprises peuvent continuer à fonctionner, toutes, qu'elles soient dans des secteurs cruciaux ou non. Elles peuvent continuer à fonctionner avec une règle absolue qui est: quand vous êtes en capacité d'organiser le télétravail, vous devez le faire, ce n'est pas un choix, c'est une obligation. Si vous n'êtes pas en capacité d'organiser le télétravail, à ce moment-là l'exercice du travail doit se faire dans le respect absolu et stricte des règles de distanciation sociale et de sécurité. Si ces règles ne sont pas respectées, l'entreprise doit être fermée. Il y a un autre groupe d'entreprises, dites de secteurs cruciaux, celles-ci nous ne pouvons pas les soumettre de manière aussi absolue à la règle de distanciation sociale, mais elles restent quand même soumises à cette règle si c'est possible. Donc ce n'est pas un blanc-sein pour toutes ces entreprises de ne pas le faire. C'est juste de dire que quand c'est impossible d'organiser la distanciation sociale, il n'y a pas d'obligation absolue, mais que quand c'est possible, elles sont tenues de le faire. Et la question se pose de la liste des annexes, quelles sont les entreprises qui rentrent sous le vocable "entreprise en secteur crucial". Là comme j'ai pu le dire à la Chambre jeudi, nous avons une annexe de départ qui a été soumise aux partenaires sociaux pour qu'ils puissent ensemble évaluer avec leurs connaissances fines du terrain la composition de cette annexe. Pourquoi éviter quoi? Qu'on oublie certaines entreprises ou qu'il y en ait qui en fassent partie sans en avoir besoin. Ce travail continue à se faire. Quand nous mettrons l'arrêté ministériel à jour, dans les jours qui suivent, nous espérons et nous souhaitons avoir cette annexe qui soit adossée avec une adhésion de l'ensemble des partenaires sociaux.

Journaliste: concernant la garderie durant les vacances de Pâques, est-ce que ça signifie que vous recommandez que ce soient les professeurs qui se sont alternés jusqu'ici qui continuent à le faire pendant les vacances?

Sophie Wilmès: Ce qui est préconisé par les scientifiques... Il faut comprendre la thématique du silo. A partir du moment où vous êtes dans une communauté, par exemple votre famille proche avec laquelle vous évoluez au quotidien, vous êtes comme dans un silo. On essaie de ne pas mélanger les silos. De ne pas mettre en présence des gens qui ne doivent pas être mis en présence. On a constaté qu'on a organisé la garderie depuis les mesures que nous avons prises dans les écoles par les professeurs. Ça a créé de facto des silos, des communautés, avec des enfants qui se fréquentent au quotidien. Avec des professeurs qui ne sont pas toujours les mêmes, qui changent. Chaque école s'organise comme elle peut. La question des vacances ne doit pas permettre de changer cette approche-là. Par contre, on tient compte de la réalité du terrain. C'est pour ça que nous disons que le système tel qu'il est organisé aujourd'hui doit continuer. Mais si ça n'est pas possible, donc il y a une ouverture par rapport à l'impossibilité de l'organiser de cette manière-là, eh bien ça doit se faire de manière à respecter la théorie, l'objectif de respecter les silos. Ça veut dire ne pas mettre des enfants pendant deux semaines en présence d'enfants qu'ils n'ont pas fréquenté. Et avec qui un échange qui n'est pas souhaitable pourrait se faire.

Elio Di Rupo: "Il y a un renforcement des contrôles et des perceptions immédiates"

Le confinement est prolongé, est-ce qu'il est question de mesures supplémentaires? "Les mesures sont prolongées de 15 jours avec la possibilité de les prolonger davantage 15 jours supplémentaires. Il y a un renforcement des contrôles", a indique Elio Di Rupo vers 18h40, à la sortie du Conseil national de sécurité. "Il y aura des perceptions immédiates et des modalités qui seront prises avec les bourgmestres", a-t-il ajouté.

Une conférence de presse sous la direction de la Première ministre doit désormais être organisée dans les minutes à venir.

CORONAVIRUS: BILAN SANITAIRE DE CE VENDREDI

Le coronavirus continue, comme prévu, sa propagation dans notre pays. 1.049 nouveaux cas confirmés ont été rapportés au cours des dernières 24h; 772 (74%) en Flandre, 131 (12%) en Wallonie, et 137 (13%) à Bruxelles. Ce sont les derniers chiffres communiqués par le centre de crise et l'institut de santé Sciensano. Et ils sont assez stables: on dénombrait 1.298 nouveaux cas jeudi. Rappelons que le nombre de cas dépistés est inférieur à la réalité du nombre de personnes porteuses du virus en Belgique (car les tests ne concernent que les personnes présentant des symptômes aggravés et emmenés à l'hôpital). "Ces chiffres sont toujours dans la phase ascendante, mais on va rentrer dans une phase où les mesures de confinement appliquées ces derniers jours et semaines, vont avoir un impact au niveau des hospitalisations", a précisé Emmanuel André, du centre de crise.

 

Au cours des dernières 24 heures, 490 patients avec COVID-19 ont été hospitalisés et 183 personnes ont quitté l’hôpital. Entre le 15 et le 26 mars, 3.338 patients avec COVID-19 sont entrés à l’hôpital et 858 personnes ont quitté hôpital.

Par ailleurs, sur les 24 dernières heures, 69 personnes sont décédées. L'augmentation est relativement importante. Il y a donc 289 morts en Belgique au total depuis le début de l'épidémie. "Toujours des personnes assez âgées", précise Steven Van Gucht, un des intervenants. 

A ce jour, un total de 7.284 cas confirmés ont été rapportés dans notre pays ; 4 652 cas (64%) en Flandre, 1 621 (22%) cas en Wallonie, et 846 (12%) cas à Bruxelles. Les données sur le lieu de résidence n’étaient pas disponibles pour 165 cas (2%).

> CORONAVIRUS BELGIQUE: consultez les dernières infos

> CORONAVIRUS SYMPTÔMES: voici les signes qui montrent que vous pourriez avoir le Covid-19

> CORONAVIRUS BELGIQUE: CARTES de répartition par province, âge et sexe

 




 

Vos commentaires