En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: où en est-on dans la livraison de masques? Elio Di Rupo explique les problèmes rencontrés

  • Elio Di Rupo et Maggie De Block

  • Pascal Vrebos reçoit Elio Di Rupo et Maggie De Block ce midi

 
CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique continue de se propager. Six millions de masques chirurgicaux étaient ainsi attendus dimanche soir à l'aéroport de Liège (Bierset), avait indiqué le ministre-président wallon Elio Di Rupo sur notre plateau de L'Invité. Le directeur de la communication de Liege Airport, Christian Delcourt, contacté par l'agence Belga, a de son côté précisé que l'avion était attendu ce lundi à 05h00 du matin au plus tôt.

La Protection civile acheminera ensite ces masques vers la caserne Major Housiau de Peutie (Vilvorde, Brabant flamand), d'où ils seront dispatchés dans les différentes institutions, en fonction des besoins.

Ces masques viendraient s'ajouter aux 5 millions reçus dans la nuit de jeudi à vendredi. De ce nouveau lot, 2,2 millions de masques seraient destinés à la Wallonie, pour les maisons de repos, les aides familiales, les associations pour handicapés, etc., a indiqué M. Di Rupo. Les masques chirurgicaux ne sont pas les masques FFP2 qui eux sont destinés au personnel soignant en contact direct avec des personnes contaminées au coronavirus.

Nous avons eu affaire à des voyous

"Chaque semaine, il y a des livraisons. Encore cette nuit, un vol est arrivé avec des masques spécialisés (FFP2). Ils seront distribués le plus rapidement possible", a indiqué Maggie De Block, interrogée par Pascal Vrebos. "On fait tout pour avoir assez de masques. Nous sommes un des seuls pays qui a eu l’opportunité de pouvoir acheter et faire transporter les masques. Il y a des avions qui ne peuvent pas décoller. On fait notre travail. Au fur et à mesure qu’on a des livraisons, on fait la distribution comme prévu dans le plan."

Elio Di Rupo ajoute que si les masques n'ont pas pu arriver plus rapidement en Belgique, c'est à cause d'une "rupture mondiale." "Pour en ramener chez nous, cela a été la croix et la bannière. Nous avons eu affaire à des voyous. Normalement ce soir à Bierset, 6 millions de masques chirurgicaux vont arriver. Nous n’arrivons pas à aller plus vite à cause de la rupture mondiale."

 

Vos commentaires