En ce moment
 
 

Des demandeurs d'asile se révoltent au centre 127bis

 
 

Une quarantaine de manifestants se sont rendus au centre fermé 127bis pour dénoncer la montée de violence, dimanche. Se sentant soutenus, des demandeurs d'asile ont semé la pagaille au sein de l'établissement.

Une action de solidarité contre la violence grandissante et l'impunité qui sévissent dans le centre fermé de Steenokkerzeel a été organisée cet après-midi. Ayant le sentiment d'être soutenus et entendus, plusieurs demandeurs d'asile se sont sentis pousser des ailes à la vue des manifestants et ont causé des dégâts à l'intérieur du centre. Ils ont bouté le feu et brisé plusieurs vitres. Certains d'entre eux sont aussi aller crier leur colère sur le toit.

Plusieurs camions de pompiers sont arrivés sur place pour éteindre le feu. Des policiers de la police locale et fédérale sont arrivés en renfort pour rétablir l'ordre au sein de l'établissement. Plusieurs personnes auraient été blessées lors de ces incidents, mais il n'y aurait que des blessés légers. Tous les environs du centre fermé ont été bouclés par les autorités.

Un jeune Egyptien maltraité

Une grève de la faim a été déclenchée cette semaine au 127bis en réaction aux mauvais traitements dont aurait été victime un Egyptien de 18 ans. Cette grève de la faim observée par une partie des résidants dure depuis 6 jours. Les personnes retenues au 127bis possèdent depuis peu des gsm. Le groupe Voix Sans Frontières, à l'origine de la manifestation de ce dimanche, a ainsi pu recueilllir des témoignages téléphoniques à propos de violences physiques et psychiques exercées dans le centre fermé.

 

"Droits humains en danger"


Les manifestants brandissaient notamment un calicot proclamant "Droits humains en danger". "Les politiciens se montrent rapides à condamner la violence du régime de Moubarak mais ferment les yeux devant la violence employée par des gardiens belges à l'égard d'un jeune Egyptien. Les résidants apprécient notre action. Ils nous répondent d'ailleurs en néerlandais", explique Axel Wauters.

Une deuxième aile inhabitable

La deuxième aile destinée aux hommes du centre 127bis de Steenokkerzeel a été déclarée inhabitable dimanche soir, après que des actes de vandalisme y aient été commis et que le feu y ait été bouté. Entre-temps, 23 habitants de la première aile réservée aux hommes ont déjà été évacués vers les centres fermés de Merksplas, Vottem et Bruges. Il faut encore trouver un toit pour 31 autres personnes. "Nous tentons d'en déplacer certains vers d'autres ailes du 127bis. Les hommes de la deuxième aile devront être amenés vers d'autres centres fermés. La situation reste tendue à l'intérieur", a expliqué la directrice du centre 127bis, Carla De Becker, dimanche vers 21h.


 

Vos commentaires