En ce moment
 
 

Inondations: 50 personnes portées disparues ont repris contact avec les autorités

  • Inondations: les recherches se poursuivent à Pepinster

  • Inondations: les équipes de recherches veulent retrouver tout le monde

 
 
 

Les autorités ont pu reprendre contact dans les dernières heures avec une cinquantaine de personnes dont elles étaient sans nouvelles depuis les inondations meurtrières de la fin de la semaine dernière, a annoncé lundi le Premier ministre Alexander De Croo.

Les curieux peuvent entraver ce travail, par exemple


Le bilan provisoire de la catastrophe s'établit donc actuellement à 31 morts et quelque 70 disparus, a-t-il précisé à l'entame d'une conférence de presse consécutive à la réunion du comité de concertation. Dans un communiqué, le gouvernement rappelle à nouveau que les régions inondées "ne sont pas des sites touristiques". "Malgré les appels répétés à ne pas se rendre inutilement sur le lieu de la catastrophe, nous constatons que de nombreuses personnes ignorent cette recommandation. Dans les zones touchées, les services d'urgence sont toujours très actifs et les débris sont en train d'être déblayés. Les curieux peuvent entraver ce travail, par exemple, en se garant au mauvais endroit ou en compliquant la circulation sur des routes déjà difficiles d'accès. Afin d'aider les victimes, nous demandons à nouveau à chacun d'éviter les visites inutiles dans les régions touchées", insistent les autorités fédérales.

La recherche des personnes disparues se poursuit

Si des Belges avaient projeté de passer des vacances dans les Ardennes cet été, ceux-ci sont invités à s'informer de la situation sur place auprès du propriétaire du logement loué, ou auprès de l'office du tourisme local. Dans les zones sinistrées, la situation connaît sur le terrain une "stabilisation", selon le gouvernement fédéral.

Après les sauvetages d'urgence et l'évacuation des survivants, les travaux de ces dernières heures ont permis de rendre à nouveau accessibles l'essentiel des zones sinistrées à la faveur du reflux des cours d'eau dans leur lit. "Il s'agit maintenant de poursuivre la recherche des personnes disparues, d'estimer les dommages causés aux infrastructures de base pour l'eau, l'électricité, la mobilité et la communication, et de commencer les réparations provisoires ou définitives. Ces interventions permettront également à certaines personnes de regagner leurs habitations", ajoute le communiqué du gouvernement fédéral. Dans plusieurs endroits, les ingénieurs vérifient actuellement la stabilité d'une série de bâtiments. Un certain nombre de routes locales sont toujours fermées. Des déviations sont dès lors toujours prévues. 

LE DIRECT de ce lundi 19 juillet

20h 11 - Encore 3.400 foyers privés d'eau potable selon la SWDE

A la suite des intempéries qui ont durement touché la Belgique, 3.400 foyers n'ont toujours pas accès à de l'eau potable, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE). Seuls 150 ménages, uniquement à Pepinster, sont encore victimes d'une coupure totale. En province de Liège, la situation est revenue à la normale à Geer et à Berloz. En province de Namur, certaines zones de Profondeville, Celles, Dave, Ham-sur-Sambre et Floreffe sont encore privées d'eau potable. La SWDE rappelle que l'eau déclarée non-potable ne peut pas être consommée, même bouillie. En dehors des 150 foyers qui sont toujours sans eau à Pepinster, seule la commune de Profondeville connait encore des coupures ponctuelles. La situation est revenue à la normale à Olne.

Enfin, la Société wallonne des eaux effectue des distributions de bouteilles d'eau pour les communes qui subissent encore des perturbations. Les habitant de Rivière et de Dave peuvent se rendre à la gare de Lustin. Pour les habitants de Floriffoux, c'est aux services communaux de Floreffe que se déroule la distribution. A Pepinster, les distributions de bouteilles ont lieu dans les rues qui restent sans eau. La situation s'améliore rapidement par rapport à la veille où 3.700 ménages n'avaient toujours pas d'eau potable et où l'alimentation était toujours coupée pour 1.200 personnes.

19h05 - "Le courant est totalement rétabli dans trois provinces sinistrées"

19h - "Aucun corps n'a été retrouvé ce lundi à Pepinster"

17h15 - Cinquante personnes portées disparues ont repris contact avec les autorités

Les autorités ont pu reprendre contact dans les dernières heures avec une cinquantaine de personnes dont elles étaient sans nouvelles depuis les inondations meurtrières de la fin de la semaine dernière, a annoncé lundi le Premier ministre Alexander De Croo. Le bilan provisoire de la catastrophe s'établit donc actuellement à 31 morts et 70 disparus, a-t-il précisé à l'entame d'une conférence de presse consécutive à la réunion du comité de concertation.   

15h15 -  Les opérations de recherche de survivants sont terminées dans la vallée de la Vesdre


Cinq jours après les inondations du 14 juillet, les opérations de recherche de survivants sont terminées dans la vallée de la Vesdre, a indiqué lundi à Pepinster, Alain Barbier, le chef de corps de la zone de police Vesdre.

"Si on espère évidemment toujours retrouver des survivants, il faut être réaliste. Les recherches, avec des moyens techniques, pour retrouver des personnes vivantes se sont arrêtées et aujourd'hui, d'autres recherche pour retrouver des corps ont débuté", a indiqué le chef de zone qui précise que parmi les 31 victimes, 19 ont été identifiées. Parmi celles-ci, il y aurait cinq Verviétois et trois Pepins.

Alors que plusieurs dizaines de maisons doivent encore être inspectées par des experts en stabilité, la zone de police Vesdre soutenues par des collègues de tout le pays, veille 24 heures sur 24 à la sécurisation des biens des sinistrés. "Cela nous permet de garantir la présence de 70 policiers, jour et nuit pour tenter de dissuader les pilleurs sans scrupule. Nous demandons aux citoyens de ne pas intervenir mais d'être attentifs et d'observer la situation en n'hésitant pas à poser questions aux inconnus qui se promènent dans le quartier et appeler la police en cas de doute", conseille le chef de corps qui est lui-même originaire de Pepinster

15h - La ministre de l'Intérieur appelle au don

La ministre de l'Intérieur, Annelies Verlinden, a appelé les citoyens qui veulent venir en aide aux victimes des inondations à faire un don sur le compte de la Croix-Rouge. "Il y a un grand besoin d'aide financière qui permettra aux organisations humanitaires sur place de travailler de manière souple et répondre de manière efficace aux besoins des gens. C'est pour le moment la meilleure façon d'aider", a-t-elle expliqué lundi au cours d'une conférence de presse.

La ministre a insisté sur les nombreux volontaires qui se sont investis et continuent à s'investir pour aider les victimes des inondations. "J'ai vu un engagement immense ces derniers jours et c'est réconfortant", a-t-elle dit.

Les victimes peuvent s'adresser au fonds des calamités, qui dépend des Régions. Le gouvernement fédéral rencontre lundi les représentants des assurances et insiste pour que les procédures soient les plus courtes possible. "Les gens ont besoin d'aide pour pouvoir reconstruire leur vie", a ajouté la ministre. Les dons peuvent être versés à la Croix rouge au numéro de compte BE70 0000 0000 2525

14h50 - Quatre centres ouverts à Liège pour venir en aide aux sinistrés

La ville de Liège a indiqué lundi que quatre centres étaient actuellement ouverts de 09h00 à 20h00 afin d'être au plus proche de victimes. Les centres se trouvent à Grivegnée, hall omnisports, rue Nicolas Spiroux 55, Chênée, centre culturel, rue de l'Église 1, Angleur, au hall omnisports rue sous le bois et à Kinkempois, centre scolaire, rue des écoles au n°9. (En savoir plus)

14h40 - Après le sauvetage, place à la réparation et aux recherches

Le travail des services de secours et de police se concentrera maintenant sur la localisation des personnes disparues et la réparation temporaire ou définitive des dommages causés aux infrastructures de base, comme l'eau et l'électricité, la mobilité et les communications. "La reconstruction prendra du temps", a souligné le directeur du centre fédéral de crise, Bart Raymaekers, au cours d'une conférence de presse, en évoquant le paysage de désolation laissé par les eaux.

13h05 - 26 personnes recherchées à Pepinster, notamment par des chiens spécialisés

Dans la ville où se trouve Chantal Monet, notre envoyée spéciale, des recherches sont en cours pour retrouver 26 personnes. Cela ne signifie pas qu'elles sont sous les décombres, elles pourraient être injoignables ou simplement à l'étranger sans s'être signalées. Les recherches ont lieu à Pepinster et aux alentours, dont l'un des méandres de la Vesdre où des corps ont déjà été retrouvés, car le cours d'eau y fait une boucle. Ce sont des 'chiens cadavres' qui travaillent, ils viennent de Belgique et d'ailleurs. Mais ils ne peuvent travailler qu'une heure. Dans la ville, les recherches se font discrètement pour favoriser un processus 'sain', dit la police, afin d'éviter la moindre erreur de communication:

12h - Des montagnes de déchets sur une autoroute

Les centres de tri saturés, les services qui déblayent les rues de tonnes d'encombrants dans la région liégeoise ont dû trouver des endroits où stocker momentanément les énormes quantités de débris ramassées. Une partie d'autoroute désaffectée a pu être trouvée. La chaussée est désormais remplie d'encombrants sur plusieurs centaines de mètres, impressionnant symbole des dégâts causés par les intempéries de la semaine passée.

11h - Centre de crise: 31 morts et 128 disparus

La ministre de l'Intérieur était présente à la conférence de presse du centre de crise, ce lundi à 11h. Elle a évoqué la solidarité et remercié les personnes impliquées dans le secours des zones sinistrées par les intempéries. Le directeur générale du centre de crise, Bart Raeymaekers, a rappelé que le nombre officiel de victimes restait à 31, avec 128 personnes qui n'ont pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. "L'un des défis les plus importants, dans les prochains jours, sera de visualiser clairement les besoins du terrain pour la reconstruction"

Marc De Meesmaeker, commissaire général de la police fédérale, a expliqué pour sa part que 5.000 policiers avaient été mobilisés durant la crise. Ils ont géré les évacuations, les premières recherches dans le cadre des sauvetage, les périmètres de sécurité, la surveillance des maisons et magasins et les flux de trafic. "Tous les policiers des zones touchés étaient présents, mais il y a eu des renforts d'autres zones, et même 90 policiers par jour en provenance de Bruxelles. Il y a même des personnes qui sont rentrées de l'étranger ou sorties de leur préretraite pour apporter leur aide", a-t-il ajouté. Actuellement, pour la police, "ce sont des recherches atypiques sur un terrain gigantesque, là où nous avons trouvé le plus de victimes: le centre de Pepinster et le camping d'Esneux, dans la vallée de la Vesdre. C'est ce qui est prioritaire pour aujourd'hui. Pour les prochains jours, ce sera décidé plus tard, au jour le jour". 

Nicolas Tuts, colonel et chef d'unité de la protection civile, a détaillé les moyens mis en oeuvre et toutes les zones de secours qui ont apporté leur aide. "Plus de 100 pompiers des autres zones sont venus le 14 juillet. Plus de 200 sont en train de porter assistance à la province de Liège". Au total, "une trentaine d'agents spécialement formé au sauvetage par bateau, avec 6 bateaux, sont intervenus". Les secours ont bien entendu réalisé de nombreuses opérations de pompage. Au niveau de l'aide internationale, "300 sauveteurs, 50 bateaux et 2 hélicoptères ont permis de mettre des centaines de personnes à l'abri. La dernière équipe est partie hier" :

10h50 - Nassogne: le train qui a déraillé n'a toujours pas été remorqué, car la machine qui doit le faire n'est pas encore sur place 


 

10h45 - AISEAU-PRESLES : des riverains rassemblent leurs déchets, et c'est impressionnant :


 
 

10h30 - DINANT: l'eau potable devrait être rétablie aujourd'hui

La compagnie des eaux terminent les purges des conduites afin de les débarrasser des impuretés (lire l'article Inondations à Dinant: l'eau potable devrait être rétablie ce lundi).

9h - Le bilan provisoire passe à 36 morts, selon le bourgmestre de Chaudfontaine

Le bourgmestre de Chaudfontaine (Liège) Daniel Bacquelaine a confirmé lundi matin au micro de la RTBF un nouveau bilan provisoire de 36 décès constatés. Ce nombre reste provisoire car plus d'une centaine de personnes sont encore présumées disparues. Selon les journaux Sudpresse du jour, 32 décès sont survenus en province de Liège, un en province de Luxembourg, deux en province de Namur et un dans la région de Charleroi (Hainaut). Dimanche soir, le Centre de crise parlait encore de 31 morts et 163 personnes portées disparues. Selon le bourgmestre de Chaudfontaine et député fédéral MR, dont la commune comptabilise cinq décès, "les disparus sont surtout des personnes dont on n'a pas de nouvelles, qui peuvent avoir quitté la commune juste avant les inondations ou pendant". Il lance un appel lundi matin à ceux qui ont eux-mêmes veillé à se loger ailleurs à se signaler à l'administration communale ou à la police locale.

8h - Les assurances mobilisées, le montant record sera battu...

Si des recherches sont toujours en cours dans un certain nombre de zones, les opérations de sauvetage par les services de secours sont terminées et l'estimation des dégâts matériels est maintenant au centre des préoccupations. D'après les demandes d'indemnisation déjà rentrées auprès des assureurs, il est déjà acquis que le montant-record atteint lors des inondations de 2016 sera dépassé. À l'époque, 27.000 déclarations avaient été émises, pour un total de 143 millions d'euros. "Cette fois, nous devrions dépasser les 150 millions d'euros", estime "prudemment" Wauthier Robyns de l'assurance groupe Assuralia. Pour les ménages confrontés à des dégâts supérieurs à 5.000 euros, des avances peuvent être libérées rapidement afin de couvrir des frais directs comme l'achat de vêtements ou d'un frigo, ajoute M. Robyns. "Les dégâts complets seront couverts plus tard." Les assurances se pencheront en priorité sur les dossiers les plus graves afin d'administrer ces avances. En principe, l'assurance incendie couvre les dégâts subis par le bâtiment et les biens mobiliers puisqu'elle intervient en cas de catastrophe naturelle. 

A noter qu'Ethias (voir les détails) va envoyer des 'centres de crise mobiles' dans les zones sinistrées pour accélérer la déclaration des dommages et bénéficier d'une avance de fonds automatique. 

7h - Grand déblayage à Liège

Ce lundi depuis 7h00, rue des Grands-Prés, une première opération de déblaiement d'envergure a lieu. "Des montagnes de déchêts", nous confirme notre envoyé spécial. "De la tôle, des meubles, de l'électroménager... entassés devant les maisons. Sans oublier les véhicules encastrés dans les façades". Il y a donc actuellement "des camions, des tracteurs, des engins de chantier et plusieurs dizaines d'hommes" qui se croisent depuis l'aube pour évacuer les uns après les autres ces déchets. Un responsable liégeois nous a précisé que l'opération allait durer au moins toute la journée, mais sans doute plusieurs jours, tant cette rue est longue (plus d'un kilomètre) :

Afin de permettre à la colonne de camions d'évacuer les encombrants, il est demandé aux citoyens de faire le maximum pour rendre les tas de déchets accessibles. Vu la situation exceptionnelle, les 27 recyparcs d'Intradel en province de Liège seront ouverts ce lundi, sauf ceux de Tooz et du Limbourg.

En raison de cette opération de déblaiement, la rue des Grands Prés est interdite à la circulation de transit, signale la police. Une déviation en direction de Chênée est prévue via le quai Henri Borguet, inaccessible aux camions de plus de 3m50 de haut. Pour ces camions, une déviation sera mise en place en amont et signalée sur la N61 via le pont de Vaux-sous-Chèvremont. Autre info liée à la mobilité: la rue du Gravier est fermée à toute circulation au départ de la place Willem pour travaux urgents dès ce lundi 19 en début de matinée.

21h46 - Toutes les maisons d'Angleur et de Chênée vérifiées

Les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant la journée de dimanche. Le porte-parole de la zone de police a indiqué que les maisons d'Angleur et de Chênée avaient été inspectées. "La journée a permis à nos policiers, toujours accompagnés de leurs collègues bruxellois venus spontanément en renfort, de terminer les vérifications des habitations impactées par les inondations dans les quartiers d'Angleur et de Chênée. Le bilan définitif est de deux victimes, retrouvées toutes deux à Angleur vendredi dans l'après-midi et en début de soirée", a précisé le porte-parole.

21h10 - 31 morts et 163 disparus: "Les recherches s'orienteront désormais vers la recherche de corps"

"Les recherches vont désormais s'orienter vers la recherche de corps. Nous devons être honnêtes", a affirmé Alain Remue, le responsable de la Cellule des personnes disparues, dimanche, dans le journal de la VRT. La Belgique compte actuellement 31 morts et 163 personnes portées disparues à la suite des inondations meurtrières qui ont frappé le pays en fin de semaine dernière. "Nous allons nous intéresser à tous les endroits où l'eau s'est engouffrée. C'est une zone immense. Ce n'est pas seulement une commune mais toute la province de Liège et aussi celles de Namur et du Luxembourg. C'est quelque chose que nous n'avons jamais fait", a-t-il admis.

17h33 - 3.700 foyers toujours privés d'eau potable

Dimanche en fin d'après-midi, 3.700 foyers restaient privés d'eau potable en Wallonie et l'alimentation était toujours coupée pour 1.200 ménages, selon le dernier bilan de la Société wallonne des eaux (SWDE). "La situation est en très nette amélioration" par rapport aux 24.000 foyers concernés hier/samedi, souligne-t-elle. A la mi-journée, la SWDE avait déjà annoncé que l'eau était à nouveau totalement disponible à Ciney, qui connaissait des coupures d'alimentation. Par contre, à Pepinster, 1.100 foyers sont encore sans eau. Les communes de Olne et de Profondeville sont également toujours impactées. Certaines rues de Geer et de Berloz, une partie de Profondeville, de Celles (Houyet), de Dave, Jemeppe-sur-Sambre et Floriffoux sont pour leur part confrontées à une absence d'eau potable.  "Là où l'eau a été déclarée potable, une odeur de chlore un peu plus forte que d'habitude pourrait apparaître au robinet. Cela ne présente aucun risque pour la santé", assure enfin la SWDE.


Angleur 

17h25 - Les opérations de sauvetages sont terminées

A l'heure actuelle, le danger n'est plus imminent dans les zones touchées. Les opérations de sauvetage sont terminées mais des opérations de recherche sont toujours en cours dans un certain nombre de zones, indiquent les autorités, en soulignant que "les importants travaux de nettoyage et l'estimation des dégâts matériels sont maintenant au centre des préoccupations".


Chaudfontaine 

17h20 - Rappel des règles de sécurité pour les sinistrés

Le centre de crise avance une série de conseils pour les sinistrés qui voudraient rentrer chez eux. "N'entrez que si la lumière du jour est suffisante; portez des bottes en caoutchouc s'il y a plus de 5 cm d'eau afin d'éviter les risques d'électrocution ou de coupures et quittez les lieux si vous sentez une odeur de gaz", explique-t-il.

Les autorités rappellent enfin le numéro d'information gratuit 1771 pour les questions sur les démarches à entreprendre et assurent que le moyen le plus simple d'aider reste d'effectuer un don sur le compte de la Croix-Rouge BE70 0000 0000 2525 ou de s'inscrire sur la plateforme des volontaires de crise de la Croix-Rouge.


Esneux 

17h17 - Plus de 1.000 personnes ont dû quitter leur maison à Pepinster

Les opérations de recherches se poursuivent ce dimanche à Pepinster, l'une des communes wallonnes les plus touchées par les intempéries du 14 juillet. Si des cris avaient été entendus samedi soir dans les décombres et qu'un chien avait marqué un endroit particulier, la victime n'a pas encore été retrouvée, indique le maïeur, Philippe Godin qui précise qu'un autre corps a été retrouvé ce dimanche.

Un bilan humain qui risque de s'alourdir alors que plusieurs dizaines de personnes sont encore portées disparues. "Par ailleurs, plus de 1.000 personnes ont dû quitter leur habitation", souligne le bourgmestre très touché par la solidarité qui se met en place. Même si la concentration de volontaires ralentit parfois les opérations de déblayage, pas question pour Philippe Godin de refuser un tel élan de générosité. Pour faciliter le travail des équipes qui évacuent le mobilier endommagé et les débris, les autorités communales ont interdit la circulation au centre de Pepinster. D'autres communes, comme Limbourg, ont pris la même décision.

17h - 31 morts et 163 personnes toujours présumées portées disparues

Le bilan des inondations meurtrières qui ont frappé la Belgique en fin de semaine dernière s'alourdit encore ce dimanche: on dénombre désormais 31 morts et 163 personnes sont toujours présumées portées disparues, selon un nouveau bilan du centre de crise. Ce dernier encourage les citoyens qui n'ont pas encore eu de contacts avec leurs proches à se signaler le plus rapidement possible aux services de secours. "Si vous êtes sans nouvelles d'un proche, nous vous invitons à prendre contact avec votre zone de police locale qui rassemble les informations sur les personnes disparues", indiquent les autorités.


Chaudfontaine

16h31 - Nettoyage des rues à Trooz: des sociétés mandatées pour sécuriser les maisons sinistrées

Les opérations de nettoyage et de déblayage continuent sur la commune de Trooz, durement touchée par les inondations qui se sont abattues sur la province de Liège. Toujours sur le pied de guerre dimanche, les riverains, les autorités communales et les secours se mobilisaient pour sauver ce qui pouvait l'être. Des sociétés ont par ailleurs été mandatées afin de stabiliser plusieurs maisons sinistrées. "Il n'y a pas de risque imminent, mais nous souhaitons agir par précaution, pour éviter de nouveaux drames", a expliqué Fabien Beltran, le bourgmestre. Touché par la solidarité entre les citoyens, ce dernier doit néanmoins tenter de structurer les interventions. "De nombreuses personnes sont venues nous aider avec un soutien provenant des communes avoisinantes. Des équipes entières ont été envoyées par les communes et nous faisons face à un afflux très important. C'est fabuleux, mais nous devons organiser l'aide, car il y a énormément d'initiatives", a-t-il dit. Des rues ont d'ailleurs dû être fermées à la circulation pour permettre aux équipes de travailler dans les meilleures conditions possibles.

15h04 - Réunion avec les assureurs lundi pour garantir la rapidité (De Croo)

Une réunion est prévue lundi entre le gouvernement et les assureurs concernant le traitement des dossiers de dommages liés aux inondations, a indiqué dimanche le Premier ministre Alexander De Croo sur VTM Nieuws. "Nous voulons nous assurer que toutes les compagnies d'assurance puissent travailler de la même manière, pour que les gens puissent être dédommagés le plus vite possible", a déclaré Alexander De Croo. 

14h14 - 23 corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre 

Quatre jours après les inondations du 14 juillet, le bilan humain est de 23 corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre, a indiqué dimanche Muriel Targnion, la bourgmestre de Verviers. Elle précise que quatre corps ont pu être formellement identifiés. Ce bilan devrait malheureusement encore s'alourdir puisqu'une cinquantaine de personnes sont encore portées disparues. Un 24e corps aurait d'ailleurs été retrouvé ce dimanche.

Le dernier bilan global était de 27 personnes décédées. Nous ignorons si les 24 corps retrouvés dans la vallée de la Vesdre font déjà partie de ce bilan ou si celui-ci va s'alourdir. Un nouveau bilan devrait être annoncé vers 17h.

Pour faciliter le travail des engins de chantier qui déblayent la ville, certaines rues sont temporairement fermées à la circulation. La bourgmestre insiste cependant sur les évolutions positives. "Depuis ce samedi 11h00, l'eau de distribution est potable sur tout le territoire de la commune. L'électricité revient elle aussi progressivement mais le travail risque d'être encore long car tous les compteurs qui ont été immergés doivent être remplacés, avant que l'électricité ne puisse être rétablie dans la rue", poursuit Muriel Targnion.

Pour venir en aide aux sinistrés, des colis alimentaires sont distribués, le stade de Bielmont est accessible pour se doucher et la bibliothèque, par exemple, permet aux sinistrés de recharger leurs téléphones portables. Les personnes qui doivent être relogées sont invitées à prendre contact avec la commune via sa page Facebook, les moyens de communication étant inaccessibles. La commune est actuellement à la recherche d'hydrocureuses afin de déboucher les égouts et permettre l'évacuation des eaux.

13h21 - Le niveau des eaux dans le Limbourg et le Brabant flamand reste très élevé

Le niveau de l'eau est encore très élevé dans de nombreux endroits du Limbourg et du Brabant flamand. Il faudra encore plusieurs jours avant que la situation ne se normalise, indique l'Agence flamande de l'environnement (VMM) dimanche après-midi. À certains endroits, des routes et des maisons sont encore sous l'eau, mais en général, le niveau de l'eau diminue progressivement.

Dans le bassin du Démer, les niveaux d'eau sont élevés à très élevés. Tous les réservoirs sont utilisés. Le niveau d'eau sur le Winge et le Grote Losting à Rotselaar a atteint son maximum. La Gette et la Velpe ont également atteint leur maximum. A plusieurs endroits le long de ces deux cours d'eau, des mesures ont été prises pour utiliser une capacité tampon supplémentaire. À Sint-Joris-Weert, dans le Brabant flamand, la Dyle a dépassé le niveau d'alarme. Le long de la Neerijsebaan, les inondations sont critiques, bien que le niveau baisse également à cet endroit. Le réservoir d'Egenhoven est rempli à ras bord, ce qui provoque l'inondation d'une partie du parking situé le long de l'autoroute E40 près de Louvain. L'eau est en partie évacuée dans le canal Leuven-Dyle. Dans le bassin de l'Escaut inférieur, des inondations importantes et non critiques sont attendues à Londerzeel au cours de la journée. En raison des précipitations prolongées, les parties en aval de ces cours d'eau pourraient maintenir leurs niveaux d'eau élevés pendant une longue période, souligne la VMM.

13h07 - "A Verviers, on a l’impression d’être dans une zone de guerre"

13h05 - Une mobilisation très importante à Chaudfontaine. Des dizaines de bénévoles viennent aider les sinistrés"

13h04 - "Des scènes apocalyptiques à Perpinster, le bilan va certainement s’alourdir"

13h - Intradel ouvrira exceptionnellement 27 de ses recyparcs ce lundi

L'intercommunale liégeoise Intradel ouvrira exceptionnellement 27 de ses recyparcs ce lundi afin de pouvoir déjà accueillir les nombreux déchets consécutifs aux intempéries et inondations qui ont touché la province de Liège, indique-t-elle sur son site internet. Seules les installations de Trooz et Limbourg restent inaccessibles pour le moment.

Intradel, chargée de la gestion des déchets, a décidé de ne pas comptabiliser les quotas pour une période de 15 jours. La limite de 2m³ max., toutes matières confondues, par visite, est d'application. Toutefois, l'intercommunale en appelle à la patience des usagers (le risque d'une affluence particulièrement importante est grand) et au civisme (laisser la priorité aux personnes sinistrées). Des conteneurs, d'ordinaire destinés aux déchets verts, ont été mis à la disposition des communes afin d'évacuer les déchets causés par les inondations, dont les déchets encombrants et d'équipement électronique et les inertes. Intradel demande donc d'éviter d'apporter des déchets verts durant quelques jours. Les collectes en porte-à-porte n'ont pu être réalisées sont annulées. Les citoyens sont invités à consulter leurs calendriers afin de connaître la date du prochain ramassage. "Si vos conteneurs ont été emportés, nous vous invitons à contacter notre call center soit par mail (info@intradel.be) ou par téléphone (04/240.74.74) afin que nous puissions vous en fournir de nouveaux. Dans l'intervalle, les déchets ménagers peuvent être déposés en sacs dans les conteneurs encombrants mis à disposition par les communes", indique l'intercommunale, conseillant aux personnes concernées de suivre ses pages Facebook et Instagram afin d'être averties des changements possibles à l'organisation mise en place. Intradel est une association intercommunale qui regroupe aujourd'hui 72 communes de la province de Liège.

BELGAIMAGE-178942065

12h - Les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées

La situation s'améliore très progressivement sur tout le territoire après les intempéries et les inondations des derniers jours. Les recherches se poursuivent dans les zones touchées mais les opérations de sauvetage sont pratiquement terminées, communique dimanche le Centre de crise fédéral. Un peu plus de 37.000 ménages sont toujours sans électricité, dans les provinces de Liège et du Brabant wallon.

Les énormes ravages provoqués par les inondations se dévoilent petit à petit et les opérations de nettoyage ont commencé, avec l'aide de nombreux bénévoles, indique le Centre de crise.

BELGAIMAGE-178949086

Voici un aperçu de la situation dans les différentes provinces : 

LUXEMBOURG

Le Luxembourg se situe actuellement dans une phase de rétablissement et de nettoyage dans les communes impactées.

LIEGE

Dans la province de Liège, les opérations de pompage sont toujours en cours et plusieurs demandes d’expertise ont été lancées pour vérifier la stabilité des bâtiments. Au niveau de l’électricité, 245 cabines sont encore hors tension pour le moment, et 17150 ménages s’en trouvent impactés. L’eau est a nouveau potable dans la totalité des communes.

BELGAIMAGE-178968336

NAMUR

La Défense apporte son soutien pour les opérations de nettoyage en cours dans les communes de profondeville, Walcourt et Yvoir. Les lignes électriques sont remises en service dans de nombreuses communes et l’eau est à nouveau potable partout, assure le centre de crise.

BRABANT WALLON

Le nettoyage se poursuit dans la province du Brabant Wallon où la situation est plus proche de celle d’un pré-alerte de crue.
Au total, 279 cabines électriques sont encore inondées et ne sont pas accessibles aux équipes techniques. 20 000 clients sont toujours sans électricité.

BRABANT FLAMAND

Aucune nouvelle intervention n'est prévue dans le Brabant Flamand. Le niveau du Démer n'a pas encore été stabilisé, ce qui reste un point d'attention. La situation est surveillé en permanence afin de pouvoir intervenir rapidement si nécessaire.

Le niveau de la Dyle est encore élevé, mais reste sous contrôle. La situation sur place est également surveillée de près.

LIMBOURG

Dans la province de Limbourg, le niveau de la Meuse baisse fortement. Le centre de Halen est inondé. Le niveau de la Velpe diminue également alors que la Gette continue de monter.
À Herk-de-Stad, la digue du Démer s’est rompue et cela représente un risque certain pour plusieurs villages.

BELGAIMAGE-178968736

11h50 - L'eau à nouveau totalement disponible à Ciney

Depuis dimanche matin, l'eau est à nouveau totalement disponible à Ciney, qui connaissait des coupures d'eau, signale à la mi-journée la Société wallonne des eaux (SWDE).

Pour le reste, la situation est inchangée par rapport à samedi soir. L'eau est donc à nouveau potable à Lincent, Linsmeau (Hélécine), Dinant, Beauraing et Viesville. La situation est par ailleurs rétablie à Verviers et à Dison où l'eau avait été complètement coupée.

10h50 - Le niveau de la Velp a fortement baissé, celui de la Gette à Halen monte encore légèrement

Le niveau d'eau de la Velp, sur le territoire de Halen, a commencé à baisser plus fortement dans la nuit de samedi à dimanche, avec un effet positif sur le niveau d'eau dans le centre. "L'eau se retire lentement là-bas. La Gette continue de monter légèrement et sort de son lit en plusieurs endroits", indique dimanche Erik Van Roelen (CD&V), le bourgmestre de cette localité limbourgeoise.

Pendant ce temps, la protection civile, présente sur place, continue de pomper les caves pour y maîtriser la situation. Elle dispose encore d'un stock important de sacs de sable, tandis qu'elle récupère aussi les sacs inutilisés dans les rues où le danger est passé.

BELGAIMAGE-178968264

10h - Seul le niveau d'eau de la Mehaigne inquiète encore un peu

Comme samedi soir, seule la Mehaigne et ses affluents dans les provinces de Namur et de Liège restaient en phase d'alerte de crue dimanche matin, selon la dernière mise à jour, à 9h00, de la direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques. Les niveaux sont cependant à la baisse et la tendance devrait se poursuivre.

Tous les niveaux des cours d'eau encore en pré-alerte de crue poursuivaient, eux, leur décrue. Dans la plupart des provinces, "les niveaux sont orientés à la baisse et la tendance va se poursuivre dans les prochaines heures", précise ainsi le service public wallon. Cela concerne notamment la Sambre, la Meuse, l'Eau d'Heure, La Lesse, la Lhomme, l'Ourthe, l'Amblève et la Vesdre.

7h - 80% des maisons d'Angleur et de Chênée inspectées par la police

Les opérations de nettoyage, de déblayage et les inspections des lieux dans les zones les plus touchées de Liège ont continué durant toute la journée de samedi. Le porte-parole de la zone de police a indiqué samedi soir que les maisons d'Angleur et de Chênée avaient été inspectées à 80 %.

Si la situation et l'accès à ces zones restent parfois délicats, le travail des secours et des citoyens ne fait que commencer. Alors que le niveau de l'eau ne cesse de baisser, avec par exemple l'ouverture des portes de flots de la station de pompage permettant l'évacuation des eaux de Kinkempois (Angleur) vers la Meuse, les citoyens découvrent l'ampleur des dégâts. Mobilisée depuis le début de ces intempéries, la zone de police a déjà visité des centaines d'habitations afin de s'assurer que personne ne se trouvait encore à l'intérieur des bâtiments. Des autocollants ont été apposés pour laisser une trace du passage des policiers. Samedi soir, aucune nouvelle découverte macabre n'était à signaler après les deux décès confirmés à Angleur vendredi. Au niveau de la circulation, le tunnel de Cointe était toujours inondé.

BELGAIMAGE-178949207

La zone de police de Liège a également refait un point concernant la mobilité en soirée: l'axe formé par la rue de la Station, le boulevard de Beaufraipont et le boulevard de l'Ourthe à Chênée est rouvert à la circulation sur une bande dans chaque sens et permet le passage sur la E25 entre Chênée et les Ardennes; le quai des Ardennes et le pont de Chênée sont accessibles; la E25 est à nouveau accessible dans le sens Cheratte vers Liège, sur une seule bande de circulation à partir de Wandre; la liaison E25 entre Embourg et Burenville reste fermée dans les deux sens; les quais de la Dérivation et de la Meuse à Liège sont rouverts à la circulation; la route du Condroz (N680) vers Liège est quant à elle rouverte dans les deux sens.

19h40 - L'armée reste mobilisée

L'armée est restée mobilisée ce samedi pour aider les victimes des inondations, indique la Défense en soirée. En région liégeoise, une cinquantaine de militaires participent toujours au déblayage et au nettoyage à Liège même, Trooz et Esneux. Dix-huit autres sont présents à Limbourg et Pepinster. Jusqu'à 14h00, l'armée était également active à Verviers. Elle y fournit pompes, camions et excavatrices. Dans la province de Namur, des dizaines de militaires travaillaient depuis vendredi à la reconstruction de la route àThon-Samson. Ils y ont également construit une digue pour protéger les habitations et ont pompé l'eau des caves. Dans la province de Luxembourg, 4 militaires coordonnent le hub logistique de Marche-en-Famenne tandis que dans le Brabant wallon, une quarantaine d'entre eux participent au déblayage et au nettoyage des zones touchées. Plusieurs hélicoptères sont également en stand-by sur les bases de Beauvechain et Bierset. Un hélicoptère de la protection civile française, lui, est stationné à Liège, au côté d'un appareil italien. Enfin, la caserne de Spa est prête à accueillir des sinistrés pour la nuit, précise la Défense.

19h07 - Un habitant de Mettet décède à l'hôpital après être tombé dans la Biesme

Un habitant de Mettet est décédé samedi matin des suites de sa chute dans la Biesme jeudi, indique le chef de corps de la zone Val de Sambre, Marc Gilbert, confirmant une information du journal L'Avenir. L'homme qui allait avoir 70 ans avait été emporté sur plusieurs dizaines de mètres, avant d'être secouru par des témoins secondés par des pompiers. Resté plus de 30 minutes dans la Biesme en pleine crue, il avait avalé beaucoup d'eau. Hospitalisé dans état critique, il a finalement perdu la vie samedi. C'est la seconde victime dénombrée à la suite des intempéries en province de Namur. Une autre personne est également décédée à Philippeville.

18h09 - "La Belgique va demander l'activation du fonds de solidarité de l'UE"

La Belgique va demander l'activation du fonds de solidarité de l'Union européenne, a annoncé samedi le Premier ministre Alexander de Croo en marge d'une visite à Maaseik. "Les premiers contacts ont déjà été pris et il en ressort que la Belgique a de grandes chances de pouvoir bénéficier de cette aide", a assuré le Premier ministre selon qui les dégâts devraient se monter à plusieurs centaines de millions d'euros.

BELGAIMAGE-178936208

17h37 - 27 décès et 103 disparus

Depuis ce matin, le travail des services de secours se poursuit dans l'ensemble des zones sinistrées. Le nombre de victimes confirmées s'est alourdi et s'élève désormais à 27 personnes. A l'heure actuelle, 103 citoyens sont toujours présumés portés disparus et restent injoignables. Plusieurs facteurs peuvent toutefois expliquer ce nombre élevé: de nombreuses personnes se trouvent actuellement sans moyen de communication à la suite de la perte de leur téléphone, ou en raison de l'absence de moyens pour recharger leur batterie. Certaines d'entre elles ont également pu être emmenées dans un hôpital sans papiers d'identité et n'ont pas encore eu l'occasion de se manifester auprès de leurs proches. Les autorités encouragent dès lors les personnes qui n'ont pas encore eu de contacts avec leurs proches pour ces différentes raisons de se signaler le plus rapidement possible aux services de secours. "Et si vous restez sans nouvelles d'un proche, nous vous invitons à prendre contact avec votre zone de police locale qui rassemble les informations sur les personnes disparues", ajoutent-elles.


 




 

Vos commentaires