En ce moment
 
 

Manifestation des agriculteurs: "grande action symbolique" prévue demain

 
 

Venus des quatre coins de l'Europe, les producteurs laitiers ont manifesté lundi à Bruxelles face au Parlement européen dans le but de peser sur de futures décisions européennes cruciales pour l'avenir du secteur. Au total, 800 tracteurs sont entrés dans la capitale. Quelques petites échauffourées ont éclaté entre manifestants et policiers. Mardi, d'autres actions symboliques sont prévues.

A l'appel de l'European Milk Board Office (EMB), les producteurs de lait belges et de quatorze autres pays européens manifestent lundi et mardi devant le Parlement européen. Afin de réclamer un prix de vente plus équitable du lait en Europe, plus de 2.000 producteurs laitiers sont venus faire entendre leur voix sur la place du Luxembourg, selon les organisateurs. Au total, 800 tracteurs sont entrés à la mi-journée dans Bruxelles, dans un concert de klaxons, de coups de sifflet et d'applaudissements des manifestants. Ils ont ensuite éteint leur moteur au milieu de plusieurs axes stratégiques du quartier européen, qu'ils entendent paralyser jusqu'à mardi en début d'après-midi.

> LES RAISONS DE LA GROGNE ET LES REVENDICATIONS DES AGRICULTEURS

> VIDEOS: LES REPORTAGES DU JOURNAL DE 19H

"Manger en 2020 sera un luxe"

Sur les nombreux engins agricoles, on pouvait lire, entre autres, divers slogans comme "L'union fait la force, les producteurs de lait solidaires", "Pas de nourriture sans agriculture", "Producteurs de lait assassinés, vos enfants affamés" ou encore "Manger en 2020 sera un luxe".Parmi les calicots, se trouvait encore ce dernier: "Politique ultra libérale = Mort de l'agriculture familiale". Des mots qui ne laissent pas Benoît, Binchois de 24 ans, indifférent. "Pour un jeune comme moi, les perspectives d'avenir ne sont pas encourageantes. J'ai envie de reprendre l'exploitation familiale. Dans mon cas, cela signifie devoir emprunter pour payer la part de mes frère et soeur. Comment s'endetter pour des sommes importantes sans pouvoir gagner dignement sa vie?

>TEMOIGNAGE DE RAPHAEL, JEUNE PRODUCTEUR

Les policiers aspergés de lait

Pour montrer spectaculairement leur colère comme ils en ont l'habitude lorsqu'ils manifestent à Bruxelles, des agriculteurs ont utilisé de puissantes lances pour asperger de lait les façades des bureaux du Parlement, où les eurodéputés débattaient de la réforme de la Politique agricole commune (Pac). Quelque 15.000 litres de lait ont ainsi blanchi les murs mais aussi les policiers qui protégeaient, avec des gaz lacrymogènes, les accès au Parlement. Une dizaine de pneus ont également été incendiés par les manifestants non loin de l'entrée de la gare du Luxembourg. 

La rue Belliard fermée

Lundi soir, à la suite de la première journée de manifestation, les conditions de circulation pour quitter la capitale étaient très difficiles. A partir de 20h environ, les producteurs laitiers se sont retirés progressivement de Bruxelles. La rue Belliard a été fermée à la circulation en raison de la manifestation, a indiqué le porte-parole de la police de Bruxelles-Capitale/Ixelles. Elle le restera jusque tard lundi soir et pourrait encore l'être mardi matin. Vers 21h, la circulation dans le centre de la capitale s'est résorbé petit à petit. Le trafic s'est fluidifié ainsi rue de la Loi et sur la petite ceinture. Plusieurs dizaines de tracteurs sont toujours stationnés place du Luxembourg et le resteront pour la nuit.    

Série d'actions symboliques mardi 

Mardi, il y aura toujours des perturbations. Les autoroutes ne seront pas bloquées comme aujourd'hui. Par contre, les tracteurs toujours présents à Bruxelles quitteront la capitale vers 13h. Des embouteillages sont donc à craindre à cette heure-là. "La grande action de mardi, devant les institutions européennes, sera symbolique et plus calme que les jets de lait sur les façades. Elle doit faire comprendre que durant les dernières années, 150.000 exploitations ont fermé leurs portes, dont 3.000 en Belgique", a détaillé Edwin Schöpges, président de la branche belge de l'EMB, s'est dit satisfait de la journée de lundi.

 

La grande distribution visée

Quelque 80 tracteurs de membres de la Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (FUGEA) ont aussi bloqué lundi midi le centre de distribution de Delhaize à Zellik, afin de revendiquer des prix rémunérateurs pour tous les éleveurs wallons. "L'objectif des producteurs des différents secteurs (laitier et viandeux) est de dénoncer les marges abusives de la grande distribution par rapport au revenu touché par l'éleveur et d'exiger une meilleure répartition des marges au sein de la chaîne alimentaire", explique la FUGEA. Les éleveurs wallons ont décidé d'axer leur action sur Delhaize car ils estiment que la chaîne de supermarchés est celle qui fournit le moins d'efforts pour tenter de remédier à la situation catastrophique à laquelle doit faire face le secteur.

Rencontre avec des représentants de Comeos

Après avoir bloqué le centre de distribution de Delhaize, des membres de la FUGEA ont rencontré lundi après-midi le secrétaire général et l'administrateur délégué de Comeos, l'association du secteur de la distribution en Belgique. Les éleveurs wallons, accompagnés de représentants de la Fédération des jeunes agriculteurs (FJA), ont présenté leurs revendications afin d'assurer l'avenir du secteur. Comeos a expliqué avoir conscience de la situation difficile à laquelle doit faire face le secteur. Si des améliorations ont été enregistrées pour la filière bovine, dont l'origine est principalement belge, Comeos explique n'avoir qu'un impact limité sur la filière laitière, davantage mondialisée.

> VOS REACTIONS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK: "C'est leur survie qu'ils défendent et peut-être même la nôtre" (Annick)


 

Vos commentaires