En ce moment
 
 

Vaccin contre le coronavirus: existe-t-il des effets secondaires ?

Vaccin contre le coronavirus: existe-t-il des effets secondaires ?
 
CORONAVIRUS
 

La vaccination en Belgique commencera début janvier: 600.000 doses seront disponibles. On sait que ce vaccin est efficace à environ 95%. Existe-t-il des contre indications pour certains publics plus fragiles? Plusieurs questions restent en suspens.

Il est sur le point d’être homologué, mais que sait-on vraiment sur ce vaccin qui sera mis sur le marché au début de l’année prochaine ? Tout d'abord, il nécessite deux doses à 28 jours d’intervalle. Exemple, si la première injection se fait le 3 janvier, il faudra attendre le 31 du même mois pour la deuxième. Testé sur 43.500 personnes depuis fin juillet, les résultats des essais cliniques du vaccin sont très encourageants. Le vaccin est efficace à 95%. Alain Fischer professeur d’immunologie indique: "Ce sont de très bonnes nouvelles d'autant qu'il n'a pas été signalé pour le moment d'évènements indésirables significatifs dans les deux à trois mois qui suivent la vaccination."

Bonne efficacité sur les personnes âgées

Pas ou peu d’effets secondaires, des maux de tête et de la fièvre ont été rapportés. Mais des questions subsistent. Les personnes âgées seront les premières à en bénéficier. Ce vaccin est-il adapté pour cette tranche de la population? Les données transmises par les laboratoires semblent le confirmer. Charlotte Martin est infectiologue au CHU Saint-Pierre. Elle développe: "Bonne efficacité sur les personnes âgées et pas beaucoup d'effets secondaires. Ça semble être un vaccin bien adapté pour notre population cible principale que sont les plus de 65 ans."

Mais certains experts attendent des précisons. Car parmi les dizaines de milliers de volontaires qui ont participé aux essais cliniques, ne figurent pas les personnes immunodéprimées, ou en insuffisance rénale. Le vaccin pourrait-il avoir des contre-indications? Jean-Michel Dogné, expert au comité mondial de sécurité vaccinale de l’OMS: "Les insuffisants rénaux ou hépatites seront des questions majeures. Ils sont exclus des études cliniques et on sait que dans les maisons de repos, ça représente une population non négligeable, notamment les insuffisants rénaux." Des discussions doivent encore avoir lieu pour savoir si ces personnes seront contre-indiquées.

Aucune obligation

L’agence européenne du médicament va devoir analyser le bénéfice du vaccin et le mesurer au risque qu’il pourrait générer. Les autorités sanitaires préconisent le dialogue avec les personnes âgées. Yvon Englert est Commissaire Covid 19 pour la Wallonie: "La plupart des personnes en instituions ont des familles avec lesquelles elles discutent et ont souvent aussi un attachement très particulier avec leur médecin traitant. Ce sont dans ces discussions-là qu'émergera leur expression de consentir ou pas de se faire vacciner."

Le vaccin n’est pas obligatoire. 600.000 doses seront disponibles en Belgique début janvier, mais il faudra attendre le feu vert de l’agence européenne du médicament le 29 décembre, avant de pouvoir commencer à vacciner la population prioritaire.

COVID 19 BELGIQUE: où en est l'épidémie ce samedi 5 décembre ?

 




 

Vos commentaires