En ce moment
 
 

Voici quels sont les usagers les plus exposés aux particules fines et une solution pour y remédier

 
 

Une zone basse émission sera créée à Bruxelles l’année prochaine. Une zone qui devrait améliorer la situation au niveau de l’émission des particules fines auxquelles sont exposées les piétons et les automobilistes.

Les automobilistes sont plus exposés que les piétons aux particules fines... C'est ce que note une étude commandée par Bruxelles Environnement. Celle-ci a calculé le "Black Carbon", un type de particules. C'est dans les voitures que la teneur est la plus importante, surtout quand les rues sont bordées d'immeubles en hauteur.


Une zone basse émission à Bruxelles

A partir de janvier 2018, une zone basse émission sera créé à Bruxelles. C'est une zone de la ville dans laquelle les voitures les plus polluantes seront interdites. Dans un premier temps, les diesel qui ont plus de 20 ans seront bannis... A long terme, tous les véhicules diesel seront interdits.


Des expériences prometteuses

D'autres villes ont tenté l'expérience, avec des résultats plutôt prometteurs, selon Louis Duvigneaud, l’administrateur délégué de Stratec, un bureau d’études en mobilité: "Par exemple à Berlin, ils ont fait le test et après un an, ils ont regardé combien de % de particules fines il y avait en moins et il y avait quand même une diminution qui était de l’ordre de 8%. Même chose à Cologne pour les oxydes d’azote, la diminution était très importante, on était arrivé à 40% de diminution, donc effectivement je dirais que c’est une technique qui fonctionne bien pour améliorer la qualité de l’air des villes mais il y aussi des usagers qui vont décider de changer de mode de transport, ça peut être de l’ordre d’un usager sur 3 mais ça dépend des conditions de chaque ville. On peut avoir des effets très positifs sur la fluidité et donc sur la congestion", a expliqué Louis Duvigneaud au micro Bel RTL de Bernard Lobet.


 

Vos commentaires