En ce moment
 
 

Les Suisses approuvent l'achat de nouveaux avions de combat et le congé de paternité

 
 

(Belga) Les Suisses ont accepté dimanche l'enveloppe maximale de 6 milliards de francs pour l'achat de nouveaux avions de combat par 50,1%, selon l'institut de sondage GFS Bern. La population helvétique a également soutenu par 60,3% l'introduction d'un congé de paternité de deux semaines. Les votants ont par ailleurs refusé les déductions fiscales pour enfants et frais de garde, ainsi que la limitation de l'immigration des ressortissants de l'Union européenne et la révision de la loi sur la chasse.

Les Suisses se sont mobilisés dimanche pour les premières votations fédérales depuis le début de la pandémie de coronavirus. A la faveur de cinq objets et des thèmes aussi divers que la chasse, le congé paternité, les déductions fiscales pour enfants, la libre circulation des personnes ou l'armée de l'air, la participation s'est élevée à quelque 59%, un résultat au-dessus de la moyenne. Quelque 1,605 million de Suisses ont donné dimanche leur feu vert à l'achat d'avions de combat qui remplaceront les 26 F-5 Tiger et les 30 F/A-18 de l'armée. La gauche et les milieux antimilitaristes, qui ont lancé le référendum, ont longtemps espéré que la dépense de six milliards de francs qu'ils jugeaient luxueuse serait balayée. L'acquisition des nouveaux avions se fera sur 10 ans et leur utilisation sur 30 à 40. Le financement proviendra du budget ordinaire de l'armée, qui devrait augmenter de 1,4% par an ces prochaines années. Au total, quelque 1,93 million (60,3%) d'électeurs ont glissé un bulletin favorable au congé de paternité de deux semaines. Le projet, qui prévoit un congé de dix jours de travail, entrera en vigueur le 1er janvier 2021. Ces jours seraient à prendre dans les six mois suivant la naissance, soit en bloc, soit sous forme de journées isolées. Les vacances ne pourront pas être réduites. Près de deux tiers (63,2%) des Suisses ont refusé dimanche les déductions fiscales pour enfants et frais de garde. Le premier volet de la réforme prévoyait que les familles qui font garder leurs enfants dans une crèche puissent déduire 25'000 francs de leur revenu imposable sur leur feuille d'impôt. Le deuxième volet prévoyait une augmentation de la déduction générale pour les enfants de 6.500 à 10'000 francs sur le revenu imposable. La révision de la loi sur la chasse a, elle aussi, été refusée du bout des lèvres (51,9% des votants). Elle a été surtout plébiscitée dans l'espace alpin et les petits cantons, mais les centres urbains se sont imposés. La loi actuelle date de 1986. A l'époque, le loup ne vivait pas sur le territoire helvétique. Mais depuis la formation de la première meute en 2012, les effectifs se sont multipliés et comptent actuellement 80 loups. Depuis 2009, ils tuent chaque année plusieurs centaines de moutons et de chèvres, créant des conflits avec les éleveurs. La loi révisée devait notamment permettre aux cantons d'autoriser, à plusieurs conditions préalables, les tirs avant que les loups n'aient fait des dégâts afin qu'ils conservent leur crainte de l'homme et des zones habitées. Les électeurs ont, pour finir, rejeté à 61,7% la limitation de l'immigration des ressortissants de l'Union européenne. Il s'agit d'une initiative populaire lancée par la droite populiste de l'UDC, premier parti du pays, qui dénonce "une immigration incontrôlée et démesurée" et juge les emplois menacés par l'Accord sur la libre circulation des personnes (ALCP), signé en 1999 avec l'Union européenne. (Belga)




 

Vos commentaires