En ce moment
 
 

"J'ai rarement vu une catégorie professionnelle aussi maltraitée": comment expliquer le ras-le-bol des infirmiers? (vidéo)

Depuis mardi, et chaque semaine, les infirmiers et les infirmières wallons et bruxellois font entendre leur ras-le-bol face aux dégradations de leurs conditions de travail. Ce dimanche, une infirmière était présente sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche" pour parler de cette situation.

Le rapport entre les patients et les infirmières et infirmiers ont changé depuis quelques années. Selon Silvie Van Iersel, elle-même infirmière, "le problème est qu'on ne parle plus vraiment de patientélisme parce qu'il y a le côté chiffres, le côté rendement de l'institution. On parle de clientélisme. Cela veut dire "client, je suis roi, je paie pour des soins". La phrase qui fait hurler toutes les infirmières, c'est "Vous êtes payée pour ça". Non, je ne suis pas payée pour ça. Il y a des limites. On fait tout ce qu'il faut faire, mais il y a des extras pour lesquels on n'est pas payé et je pense que les gens oublient ça."


"Une infirmière pour 11 patients"

Outre la façon dont certains patients se comportent avec les infirmières, il y a aussi un manque de personnel dans le secteur. "Il y a un souci, affirme Muriel Gerkens, ancienne députée fédérale (Ecolo). J'ai rarement vu une catégorie professionnelle maltraitée comme elle l'a été depuis cette législature et déjà un peu avant. Les infirmières et infirmiers sont dans toute la chaîne de soins, depuis la promotion de la santé jusqu'aux hôpitaux généraux ou universitaires. Elles sont partout dans les faits. Par contre, dans la prise en compte dans l'organisation des soins, la gestion des hôpitaux, la réforme des professions de la santé, ils ont travaillé beaucoup ces dernières années pour faire des propositions concrètes et on n'en a rien fait. Par exemple, refaire le profil de compétences des infirmiers et infirmières."

L'ancienne députée fédéral ajoute: "Il y a clairement un non-respect des normes et un personnel insuffisant. Normalement, il faut une infirmière pour 8 patients pendant une durée de 24 heures. La norme en Belgique, c'est une infirmière pour 11 patients. Le pire, c'est que quand on n'a pas le temps de travailler correctement, quand on est trop peu nombreux, pas reconnu dans ses fonctions, le travail perd de son sens. On n'a plus la capacité d'avoir la relation avec les patients et les collègues. C'est ce qui explique aussi du burn out ou du mal-être professionnel."


"Le travail de chacun est important"

Une situation confirmée par Silvie Van Iersel. "Dans l'hôpital, tout le monde est important, l'aide-soignante, la femme de ménage. On travaille en équipe. Le travail de chacun est vraiment très important. Il y a besoin de cette entraide. Mais il n'y a pas assez. Le soir, il y a parfois une infirmière pour 30 patients. C'est énorme".

Jacques Brotchi, député bruxellois et sénateur sortant, fondateur du service de neurochirurgie de l’hôpital Erasme, était également présent sur le plateau. Il a expliqué que cet encadrement est basé sur un arrêté royal de 1998… qui n'a pas été changé depuis.

Vos commentaires