"Les politiques ne veulent plus avoir d’emm***** avec le prince Laurent"

Le prince Laurent risque de perdre 15% de sa dotation. Si c’est le cas, l’homme se dit ruiné, car c’est la partie dont il tire son salaire. Son avocat, Maître Laurent Arnauts, a longuement plaidé la cause de son client face aux députés de la Chambre. Il a défendu la présence du prince en uniforme lors d’un événement à l’ambassade de Chine en juillet 2013. Or, il n’avait pas reçu d’autorisation d’assister à cela.

La loi de 2013 sur les dotations contraint les membres de la famille royale à demander l’autorisation préalable du ministère des Affaires étrangères en cas de contact avec une autorité ou un représentant d’un Etat étranger. Selon l’avocat du prince Laurent, cette loi manque de précision. "Evidemment, nous ne nions pas la présence du prince à cette réception, a affirmé Maître Arnauts sur le plateau de "C’est pas tous les jours dimanche". Nous nions le fait qu’il aurait dû demander l’autorisation parce que la loi, selon nous, prévoit qu’il ne doit demander l’autorisation que lorsqu’il y a une signification politique. Il n’y a pas, selon nous, de signification politique à une réception où il y a 600 personnes avec le gratin belge, bruxellois et européen."


"Ils veulent qu'on leur fiche la paix"

Mercredi, l’avocat du prince a plaidé pendant plus de trois heures lors de la commission spéciale de la Chambre qui devait statuer sur la dotation du prince Laurent. Selon le chroniqueur Michel Henrion, Maître Arnauts a été "excellent mais votre défense est basée sur un postulat qui était inexact. La voie que vous avez prise, c’est de dire que le prince Laurent est persécuté par le monde politique, ce que beaucoup de gens dans la population ressentent. Mais en fait, ce n’est pas vrai. Vous savez ce qu’ils veulent les politiques ? Tous les gouvernements successifs, tous les premiers ministres successifs, veulent ne plus avoir d’emm***** avec le prince Laurent, ils veulent qu’on leur fiche la paix. Il n’y a jamais de la part du prince la moindre reconnaissance de responsabilité dans ce qu’il s’est passé. Dans votre mémoire, vous proposez au nom du prince Laurent de faire 9 pages de protocole, de bonne volonté pour qu’il n’y ait plus de problèmes avec le ministre des Affaires étrangères etc. Mais ça vient un peu tard. Pourquoi le prince Laurent n’a pas proposé ça avant ?"


"Une marge arbitraire dans la gestion de la vie du prince"

Pour l’avocat du prince, ce protocole est "la preuve que ce que vous dites est totalement faux. Nous avons proposé ces règles au gouvernement et il n’a pas donné suite. Je peux vous dire qu’il n’y a pas, jusqu’ici, eu d’intérêts pour une solution qui apporte la précision. Je crois malheureusement que, contrairement à ce que vous dites, le politique veut conserver une marge arbitraire par rapport à la gestion de la vie du prince Laurent."

Enfin, selon Maître Arnauts, la Chambre n’était pas en mesure de faire un jugement avec suffisamment d’impartialité. "Quand le juge est politique, c’est extrêmement délicat de lui laisser le soin de trancher le fou dans une loi."

Vos commentaires