En ce moment
 
 

Anne, habitante d'Enghien, parcourt 70 km pour faire ses courses en France: "J'économise 400 euros sur 4 caddies"

 
 

Après la crise COVID, la flambée des prix de l’énergie nous oblige de plus en plus à trouver des solutions pour économiser. Les Belges sont de plus en plus nombreux à aller faire leurs courses en France. Certains n’hésitent pas à faire le déplacement depuis Bruxelles. Et avec le prix du diesel qui va passer à 1,50 euro en France dès le 1er septembre, les plaques belges sur les parkings des supermarchés hexagonaux risquent d’être encore plus nombreuses.

C'est le cas d'Anne. L'habitante d'Enghien fait ses courses chez les commerçants locaux mais aussi en France, car cela représente "une belle économie" malgré la distance de 70 km. "En allant en Bretagne, je me suis rendu compte que les boissons étaient nettement moins chères, les produits d'entretien et tout ce qui est biscuits ou céréales pour les enfants aussi", explique Anne dans C'est pas tous les jours dimanche.

La Wallonne, qui fait des courses pour 6 personnes, explique que certains de ces produits sont 30 à 50% moins chers. Pour réaliser ces économies, elle n'hésite pas à rouler jusqu'à Templeuve en France. La commune est située à 73 km de chez elle. "Je pense que j'irai toutes les 6 semaines", précise-t-elle. L'habitante d'Enghien précise qu'elle économise 300 à 400 euros lorsqu'elle remplit ses 3 ou 4 caddies en France pour ses courses d'un mois et demi.

Pierre-Alexandre Billet, économiste et CEO du groupe Gondola, présent sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche, confirme que faire ses courses en France coûte moins cher. "Il y a une différence de prix qui s'est estompée pendant quelque temps, jusqu'à il y a 7 - 8 mois. Et puis on voit la différence de prix qui augmente à nouveau sur la consommation quotidienne. C'est vrai que pour des achats quotidiens, et certainement en période de crise, cette différence peut peser sur des ménages, sur les personnes qui achètent beaucoup et de manière régulière. L'impact peut-être assez important."


 
L'économiste précise qu'un ménage moyen en Belgique consomme en moyenne 6 000 euros par an. "Donc si vous pouvez épargner 10 à 15 %, ça peut faire une différence, sachant que certaines personnes ont des voitures de société, etc. À partir de là, le calcul devient de plus en plus agréable naturellement."

Pierre-Alexandre Billet ajoute qu'en plus de cela, 50 % des Belges habitent "à moins de 50 km d'une frontière". "Et les supermarchés français jouent le jeu. Ils font des promotions et de la publicité jusqu'à Gand. Ils baissent volontairement leurs prix pour attirer plus de clients. Vous ajoutez à cela le fait que l'indexation des salaires n'a pas lieu chez eux et on se retrouve avec une différence de prix qui est à nouveau en pleine croissance alors qu'il y a quelques mois, elle était décroissante."


 

Vos commentaires