L’arrivée d’ours polaires à Pairi Daiza crée la polémique: "Ce n’est pas naturel de les emmener en Belgique" (vidéo)

Le dernier projet de Pairi Daiza, La Terre du Froid, suscite la polémique. Il s’agit de la première partie d’un projet qui s’étendra sur 18 hectares. Un nouveau « monde » qui sera consacré aux zones polaires et devrait accueillir prochainement des ours blancs.

Le projet étonne le nouveau parti belge DierAnimal puisque de moins en moins de parcs animaliers accueillent des ours polaires. "Les ours blancs meurent très vite en captivité, explique Constance Adonis, présidente, sur le plateau de "C’est pas tous les jours dimanche". On voit que leur comportement est complètement psychotique. Ils tournent en rond, ils ont des comportements comme les chiens qui deviennent fous dans les élevages." "Il faudrait les laisser sur leur territoire, continue-t-elle. Ce n’est pas normal, c’est complètement non naturel de les emmener en Belgique."

Alors pourquoi Pairi Daiza souhaite-t-il accueillir des ours polaires ? Tim Bouts, directeur zoologique du parc, est venu répondre à cette question dans l’émission. "Madame veut mettre les ours polaires au frigo, sauf qu’il n’y a plus de frigo. Le réchauffement climatique, c’est le vrai problème des ours polaires." Selon lui, si les ours rencontraient des soucis dans les anciens zoos, ce n’est pas le cas partout. "Dans les bons zoos, on en sait beaucoup plus. Les ours polaires sont solitaires. Nous le savons, c’est pour cela que nous avons des enclos séparés. On a des terrains différents, avec du sable…" "Des enclos séparés pour réduire encore l’espace, c’est n’importe quoi", réagit alors Constance Adonis.


"Il faut éduquer les gens"

Tim Bouts continue alors, expliquant que l’un des gros problèmes des ours polaires, c’est qu’il y a de moins en moins de place sur la banquise. Christophe Giltay ajoute : "La situation est tellement grave, qu’au Canada, on a constaté des croisements entre ours bruns et ours blancs, tellement les ours blancs descendent au sud. La situation est vraiment dramatique au niveau de la banquise et les ours sont en train d’étendre leur territoire parce qu’ils n’arrivent plus à vivre là où ils vivaient avant. C’est lié au réchauffement climatique, c’est indubitable."

"Ce n’est pas en les mettant en captivité que l’on va résoudre le problème. Si on veut vraiment résoudre le problème, il faut changer drastiquement", réagit la présidente de DierAnimal. "On va résoudre le problème en parlant du problème, en travaillant avec les scientifiques et en éduquant les gens, affirme Rim Bouts. On ne peut jamais donner la même chose dans un zoo que dans la nature. Mais ces ours polaires servent aussi une cause. Ils sont l’emblème du réchauffement climatique. Nous voulons aussi raconter une histoire sur ça."

Vos commentaires