En ce moment
 

"Elle défile": Stromae dévoile les premières notes et images de sa nouvelle chanson

Stromae est de retour dans la chanson. Toujours aussi doué pour susciter la curiosité et l'envie (on se rappelle l'extrait du clip "Formidable" qu'il avait fait circuler sur internet et qui amenait à croire qu'il s'agissait d'images d'une scène réelle), l'artiste a publié sur son compte Instagram un bref extrait du clip de son nouveau morceau, "Elle défile", qui doit sortir vendredi.

Il y a quelques semaines, l'auteur d'"Alors on danse" ou encore de "Papaoutai" s'était confié à Laurent Delahousse dans "19 heurs Le Dimanche" sur France 2. "Je suis toujours là", avait-il dit, à l'occasion du défilé parisien de sa griffe de prêt-à-porter. "Je me plais énormément à faire ce qu'on fait aujourd'hui, avec la collection, et dans la musique et dans tout", disait le musicien, aux côtés de son épouse styliste Coralie Barbier et de son frère Luc Junior Tam, ses partenaires du collectif Mosaert.

Stromae n'est pas remonté sur scène depuis fin 2015, à l'exception d'une apparition le mois dernier à Bruxelles au côté du rappeur Orelsan. "J'avais besoin d'enlever toute cette pression qu'amène le succès (...) J'avais fait 200 concerts en deux ans, ce qui était un nombre insensé. C'était une superbe expérience mais (...) c'est allé trop vite", racontait-il, cheveux longs tirés en chignon sur le haut du crâne. "Même si on vend du rêve, ça reste un métier, et comme dans n'importe quel métier, quand on travaille trop, on arrive à un burn-out," disait-il. "Il y avait une grosse fatigue physique. Il y a eu un élément déclencheur qui était la prise de ce médicament, le Lariam (un anti-paludéen, ndlr). Il me fallait le temps de me reconstruire car c'était pas super chouette. Ne plus faire confiance à son psychisme est quelque chose d'assez perturbant. Maintenant j'en sais un peu plus sur les maladies mentales, (...) ça fait un élément en plus dans mon bagage", disait-il encore, évoquant le rôle salvateur de ses proches et du milieu médical.

Quant à la créativité, "elle est toujours là", explique le musicien dont l'album "Racine carrée" (2013), avec des tubes comme "Formidable" ou "Papaoutai", s'est écoulé à 3,5 millions d'exemplaires dans le monde.

La scène, "je reconnais que c'est quelque chose dont je ne pourrai pas me passer. Par contre, la façon dont j'envisagerai la suite (...) ce sera à un rythme beaucoup plus sain et reposé". L'artiste, qui n'est pas tenu par un contrat ou une maison de disque, a organisé avec Mosaert son premier défilé vendredi à Paris. Il en a composé la bande-son, et le clip de captation devrait être téléchargeable d'ici la fin du mois.

Vos commentaires