En ce moment
 

Une scène d'un film nommé aux derniers Oscars étrangement semblable au crash de l'A320 de Germanwings

Une scène d'un film nommé aux derniers Oscars étrangement semblable au crash de l'A320 de Germanwings
Capture d'écran de YouTube

La scène d'ouverture d'un film nommé à la dernière cérémonie des Oscars et le crash de l'A320 de Germanwings semblent étrangement similaires et ont faite réagir de nombreux internautes.

Le film argentin Relatos Salvajes (Les nouveaux sauvages), nommé aux Oscars pour le prix du meilleur film étranger, fait à nouveau parler de lui à cause d’une scène qui ressemble étrangement au crash récent del’A320 de Germanwings dans les Alpes françaises, rapportent de nombreux médias étrangers.

L’histoire d’ouverture du film montre en effet un tueur de masse s’enfermer dans le cockpit d’un avion pour le faire s’écraser et sol et ainsi tuer tout le monde à bord. Les différentes scènes de cette première histoire sont terrifiantes et on peut y voir des passagers en panique. L’un d’eux essaie même d’entrer dans le cockpit pour arrêter le pilote fou et reprendre le contrôle de l’avion, dans des circonstances similaires à celles du crash de l’A320 de Germanwings.

Malgré les protestations, le film est sorti, comme prévu, dans les salles de cinéma britanniques alors qu’il était déjà sorti en Espagne et en Italie l’année dernière. On ne sait cependant pas si le copilote Andreas Lubitz avait vu le film. De nombreux internautes ont également relevé l'étrange similitude entre la fiction et la réalité.

Relatos Salvajes est composé de six histoires d’humour noir. Ces "sketchs" racontent l’histoire de personnes qui, confrontées à l’inégalité, l’injustice, au stress et à la dépression, craquent et pètent les plombs.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires