En ce moment
 
 

Green Camping, tri renforcé, bouteilles d'eau bannies: voici comment le Dour Festival tente d'être plus écologique

Comment le festival de Dour, qui débute demain, tente-t-il d'être plus écologique ? Le tri des déchets est notamment renforcé et des équipes de sensibilisation vont sillonner le site.

Dans moins de 24 heures, 1.400 festivaliers s'installeront dans le camping écologique de Dour, le "Green Camping". Il coûte 40 euros de plus qu'un camping classique et pour y entrer il faut signer une charte de respect du zéro déchet.

"On a des zones de tri qui sont mises en permanence, on a aussi des stewards qui passent pour expliquer le fait de respecter le tri des déchets, on distribue des poubelles à chaque festivalier qui entre dans la zone", explique Damien Dufrasne, directeur du festival.

Une sensibilisation qui s'invite sur le reste du site du festival: toilettes sèches, arbres plantés sur le site, eau de la piscine réutilisée pour nettoyer les bâches après le festival et surtout un nouveau système de tri simplifié. "On va pouvoir ainsi vraiment faire comprendre aux festivaliers qu'il n'y a plus que deux sortes de déchets et que donc le gobelet va effectivement dans la poubelle PMC pour être retraité et avoir une deuxième vie", souligne le directeur.


"Ce qui va nous permettre d'économiser environ 50.000 bouteilles d'eau" 

Une zone de tri a été installée sur place pour vérifier le respect du recyclage. Chaque poubelle sera observée. "Si les poubelles sont mal triées, elles sont déchargées ici où des gens vont les ouvrir sur les tapis de tri pour les retrier. Tout ce qui est PMC est jeté sur le tapis roulant, tout ce qui est tout venant va dans les cuves", précise Damien Dufrasne.

Les équipes du festival sont également mises à contribution. Pour elles, il n'est plus question d'avoir des bouteilles d'eau. "Nous fournissons des gourdes à tous nos volontaires. Ce qui va nous permettre d'économiser environ 50.000 bouteilles d'eau sur le festival de cette année. Et nous mettons aussi à disposition de nos équipes des fontaines à eau qui sont reliées au réseau, donc elles sont sur eau de ville", détaille Sylvie Denoncin, présidente de l'asbl "Dour développement durable".

Si les producteurs locaux sont au programme, désormais l'écologie est bien la plus grande star du festival.

Vos commentaires