La Belgique à la pointe… de la consommation d’alcool: pourquoi boit-on beaucoup PLUS que nos voisins européens?

Des chiffres plutôt inquiétants sont compilés dans le dernier rapport de l’OMS, l’organisation mondiale de la Santé. On y apprend ainsi que la consommation d'alcool a augmenté, en Belgique, alors qu'elle a tendance à diminuer dans le reste de l'Europe. Philippe de Timary, psychiatre, expert en alcoologie a répondu aux questions de Luc Gilson dans le RTL Info 13H.

Les chiffres sont interpellants : un Belge consomme 12,6 litres d'alcool par an, contre 8,57 litres en moyenne en Europe. Comment expliquer cette augmentation, et spécialement chez nous?

L’augmentation tient au fait que probablement il n’y a pas eu de réels efforts pour, à un moment donné, attaquer cette question de l’alcool, qui reste une addiction extrêmement importante. Les habitudes de consommation ne sont pas en soi mauvaises à partir du moment où on reste dans des quantités raisonnables. J’entendais qu’il y avait la question des GSM et qu’on apprenait aux enfants à utiliser convenablement le GSM, je pense qu’on doit mener une réflexion du même ordre, une éducation face à la consommation d’alcool.


On est en retard par rapport aux autres pays. La consommation a tendance à diminuer ailleurs, pas chez nous. Pourquoi ?

Il y a très peu de campagnes. Et on est quand même un pays qui est très producteur de boissons alcoolisés, la bière est une boisson emblématique et cela n’aide pas clairement. A tous niveaux, c’est plutôt encouragé, il faut avoir une réflexion raisonnable autour de ces questions-là.


Est-ce que la consommation change en fonction des régions, des tranches d'âges, des revenus ?

Cela change surtout en fonction des personnes. Il y a à peu près 10% de la population qui consomme de manière très excessive et problématique. Chez ces 10%, on a de vrais problèmes de santé liés à l’alcool. Et puis, il y a 2,3 % chez qui on a une dépendance sévère, c’est-à-dire des gens qui ne peuvent se passer de la consommation, qui consomme à la rigueur dès le matin pour faire face à un besoin d’alcool.


Quelle est la limite à partir de laquelle il faut commencer à se poser des questions ?

On conseille généralement de ne pas dépasser 14 unités, 14 verres d’alcool par semaine. Il faut également avoir deux jours par semaine où on ne consomme pas, pour rester dans des habitudes qui sont raisonnables.

Vos commentaires