En ce moment
 
 

Pourra-t-on un jour transformer nos gènes pour vivre éternellement ?

  • Pourra-t-on un jour transformer nos gènes pour vivre éternellement ?

  • 115 ans: la limite de notre espérance de vie?

 
 
 

Sandra De Breucker, Gériatre à l’hôpital Erasme et Didier Coeurnelle, Porte-parole de l'AFT-Technoprog, étaient les invités de Fanny Rocher dans l'émission Pour ou Contre ce lundi sur RTL-TVI. Au menu du débat: 115 ans, est-ce la limite de notre espérance de vie?

Physiologiquement, il est difficile d’aller au-delà des 115 ans, car le corps a des limites, estime Sandra De Breucker, gériatre à l’hôpital Erasme. L’espérance moyenne en Belgique est de 81 ans (78,5 pour les hommes et 83 pour les femmes). A l’échelle du monde entier, l’espérance de vie moyenne est de 66 ans. "La longévité maximale, ce sont vraiment les 10 derniers pourcents de la courbe de distribution de l’espérance de vie dans la population générale, donc finalement il y a peu de gens qui atteignent ces 10%, donc 115 ans, c’est ce qu’on considère à l’heure actuelle comme la longévité maximale".


Vivre quelques siècles?

Didier, Didier Coeurnelle, auteur de "Et si on arrêtait de vieillir" et vice-président de l’association Française Transhumaniste, lui, est convaincu qu’un jour, il sera peut-être possible de vivre quelques siècles, grâce à la thérapie génique. "C’est modifier les cellules, l’ADN de nos cellules et permettre notamment de vaincre certaines maladies dues au vieillissement".


"On en est encore loin"

"C’est déjà le cas sur des animaux, sur la souris, même le singe rhésus, il y a plusieurs techniques pour pouvoir manipuler le génome, mais il faut quand même savoir que pour le vieillissement, il y a quand même 10.000 gènes impliqués. Donc si on veut mener cette prolongation de la longévité maximale, il va falloir toucher un certains nombres de gènes, car on ne peut pas toucher certains gènes et pas d’autres, sinon une partie du corps vieillirait, on aurait toujours autant de cancers, donc finalement on en est encore loin", estime Sandra De Breucker.


 

Vos commentaires