En ce moment
 
 

Traitement des patients Covid en Belgique: selon cette infectiologue, les avancées sont encourageantes

 
 

Charlotte Martin était l'invitée de la matinale sur Bel RTL. L'infectiologue du CHU Saint-Pierre à Bruxelles est revenue sur le couac au centre de vaccination du Heysel, où les convocations ne sont pas parvenues suite à un problème informatique, mais aussi sur les progrès que l'on a faits dans le traitement des symptômes du coronavirus.

Fabrice Grosfilley : Nous sommes un an après la première vague, est-ce qu'on a fait des progrès par rapport aux traitements contre le coronavirus ?

Charlotte Martin : Oui, on a fait d'énormes progrès. Comme prévu, il a fallu attendre le résultat de grosses études qui ont pourtant été démarrées très rapidement au moment de la première vague. On commence à avoir des résultats de bonne qualité qui arrivent.

On entend beaucoup de noms : la chloroquine, la dexamethasone, le remdesivir... Dans tout ce que vous avez essayé, il y a des choses qui marchent ?

Le plus convaincant reste la dexamethasone, qui diminue la mortalité de quasi 30% chez les patients qui avaient besoin d'oxygène, qui étaient hospitalisés. Ça, c'est ce qu'on donne à tous nos patients qui entrent chez nous et qui ont besoin d'oxygène. 

Un anti-inflammatoire, bon marché, que vous utilisez systématiquement ?

On l'utilise chez tous nos patients oxygéno-dépendants. Il y a aussi d'autres molécules comme le tocilizumab, un anti-inflammatoire puissant, qui récemment a montré un intérêt chez les patients Covid sévères. Ça, c'est une corde supplémentaires à notre arc.

Vous combinez plusieurs traitements selon les caractéristiques du patient ?

Ça, c'est la médecine. On a une pathologie qui se présente différemment, et on constate des sous-groupes de patients. Il n'y a jamais de réponse universelle. 

Aujourd'hui, on arrive à éviter l'intubation de certains patients ?

Avec la dexamethasone, oui. Le tocilizumab aussi, peut-être. Mais il reste une proportion non-négligeable de patients qu'on va devoir intuber, mais on a aussi vu au fur et à mesure de la pandémie qu'il ne fallait pas intuber trop vite. 

Concrètement, aujourd'hui, à Saint-Pierre, dans votre hôpital, vous arrivez à sauver beaucoup plus de patients qu'il y a un an ? 

On a des chiffres de mortalité qui ont diminué par rapport à un an, effectivement.

Avec tout ce que vous nous dites, et la vaccination des personnes à risque, on pourrait estimer que c'est une maladie presque "normale", qu'on arrive à traiter tout à fait normalement ? 

On arrive tout doucement à l'apprivoiser. Si on arrive à protéger les patients qui meurent le plus de cette maladie, et qu'on a un arsenal thérapeutique suffisamment développé pour toutes les formes de la maladie, on pourra en effet commencer à respirer. 

Ça ne serait pas une catastrophe pour les hôpitaux d'envisager des assouplissements une fois les personnes à risque vaccinées ? 

C'est ça le but de la campagne de vaccination. Une fois que les personnes à risque seront vaccinées, on pourra assouplir et laisser un petit peu circuler le virus. 

Coronavirus en Belgique : où en est l'épidémie ce mercredi 17 février ?




 

Vos commentaires