En ce moment
 
 

L'Ordre des Médecins et Médecine pour le Peuple aboutissent à un accord

L'Ordre des Médecins et Médecine pour le Peuple aboutissent à un accord

(Belga) L'Ordre des Médecins et l'organisation Médecine pour le Peuple (MPLP) ont enterré la hache de guerre en concluant un accord, ont-ils annoncé vendredi dans une double interview accordée au Journal du Médecin. L'Ordre a reconnu la plus-value de la médecine sociale pratiquée par le réseau de maisons médicales du PTB, Médecine pour le Peuple, et s'est montré d'accord pour que les médecins y exercent gratuitement, tandis que les membres de MPLP s'engagent désormais à verser une cotisation à l'Ordre.

"Cet accord est le résultat d'années de lutte pour défendre notre modèle de médecine sociale et pour un système de soins de santé plus démocratique où les médecins ne s'approprient pas tous les pouvoirs, mais où les intérêts du patient, de la santé publique et de la société passent avant tout", a réagi Anne Delespaul, médecin généraliste et porte-parole de MPLP. "Aujourd'hui, la position de l'Ordre a changé: le patient et le bien-être en général deviennent de plus en plus centraux et notre manière de travailler au forfait est désormais reconnue au même titre que le paiement à la prestation. Nous avons donc décidé de nous conformer à l'Ordre et nous payerons dorénavant une cotisation", explique Mme Delespaul. De son côté, l'Ordre s'engage à suspendre toute poursuite à l'encontre des non-payeurs. Le conflit avec l'Ordre remonte aux prémices de l'association Médecine pour le Peuple. Les tout premiers médecins du peuple avaient ainsi été suspendus par l'institution car ils défendaient une vision sociale de la médecine avec des prestations médicales gratuites. Après la grève des médecins de l'hiver 1979-1980, 300 médecins -dont ceux de MPLP- ont refusé de payer leur cotisation à l'Ordre des médecins. Ce dernier a rétorqué en envoyant des huissiers de justice aux praticiens en défaut de paiement. Au cours de ces dernières années, les tensions ont toutefois connu une certaine accalmie. En 2014, le président du conseil provincial de Flandre orientale de l'Ordre, Michel Batfort, a présenté ses excuses. Il a ensuite soutenu la proposition de MPLP de remplacer la médecine à la prestation par une rémunération fixe pour tous les médecins spécialistes. L'association Médecine pour le Peuple a ensuite été invitée à soumettre des propositions pour revoir le code de déontologie médicale. "Dans le nouveau codex, l'Ordre a pris en compte nos propositions. Nous ne pouvions donc plus ignorer que l'institution était en train d'amorcer un changement", souligne Anne Delespaul. L'association Médecine pour le Peuple reste toutefois mitigée. "Le code de déontologie est encore trop souvent limité aux 'soins' et à la 'protection des patients', au lieu de favoriser leur autonomie comme le stipule la loi sur les droits des patients", épingle-t-elle. Le vice-président néerlandophone du Conseil national de l'Ordre des médecins s'est réjoui que le MPLP paie à nouveau ses cotisations. "L'association accomplit un très bon travail sur le plan médical. Et ils ont une sensibilité sociale". Il souligne que les deux parties ont mis de l'eau dans leur vin et ont fini par converger. (Belga)

Vos commentaires