En ce moment
 

A Bordeaux, les locations type Airbnb très encadrées dès jeudi

A Bordeaux, les locations type Airbnb très encadrées dès jeudi
Le quartier de la Basilique Saint-Michel, à Bordeaux, le 3 juin 2017NICOLAS TUCAT

Après Paris, Londres ou Amsterdam, la ville de Bordeaux, l'un des grands centres d'attraction touristique en France, a mis en place une régulation stricte des locations de logement via des plates-formes comme Airbnb, qui prend effet jeudi.

A partir du 1er mars, les Bordelais souhaitant louer une pièce ou toute leur résidence principale via ces plates-formes devront s'enregistrer auprès de la mairie et se conformer à de nouvelles règles, explique la mairie qui veut éviter que les immeubles de ses quartiers historiques du centre ne soient intégralement consacrés à ce type d'activités lucratives.

Après déclaration pour s’acquitter de la taxe de séjour, les particuliers pourront louer jusqu'à 120 jours par an. Au-delà, ils devront déclarer un changement d'usage de leur bien.

Pour les locations saisonnières exclusives, le logement entier devra, dès le premier jour de location, changer d'usage pour devenir une entreprise commerciale.

"Le changement d'usage implique que vous mettiez une surface équivalente, mais nouvelle, sur le marché dans la même zone", a expliqué à l'AFP Stephan Delaux, adjoint au maire chargé du tourisme.

Avec deux appartements de même surface, le propriétaire pourra ainsi louer le premier en location normale et le second en location saisonnière. Avec un seul appartement, la location saisonnière exclusive n'est plus possible.

"L'augmentation exponentielle des offres concentrées sur le coeur historique de notre ville est quelque chose que nous souhaitons enrayer", a-t-il justifié.

Pour la mairie, le but est notamment de laisser ces offres de logements, souvent des studios et des deux pièces, aux ménages modestes, aux étudiants et aux personnes âgées.

"Il n'y a pas de combats contre Airbnb et les autres (...) nous voulons retrouver un équilibre de l'offre", a souligné l'adjoint au maire.

La mairie de Bordeaux estime les offres locatives entre 10.000 et 14.000, dont 8.000 pour Airbnb, résidences principales et logements exclusivement dédiés à la location saisonnière confondus.

Des contrôles seront mis en place comme le fait la ville de Paris et en cas d'infraction, des amendes seront prononcées par la justice.

Après Paris, le conseil municipal de Bordeaux, sous la présidence de son maire Alain Juppé, avait décidé début juillet d'encadrer ces types de location conformément au décret "Airbnb" paru au journal officiel du 30 avril 2017 qui autorise les grandes villes à contraindre les loueurs à se faire connaître en mairie.

Vos commentaires