En ce moment
 
 

Est-il possible de consommer exclusivement des produits belges?

Est-il possible de consommer exclusivement des produits belges?
© BELGA IMAGE
 
 

La chronique sur l’économie et la consommation de Bruno Wattenbergh se consacre au "Made in Belgium" et aux supermarchés 100% locaux. Est-il possible de consommer presque uniquement "belge" ? C’est la question à laquelle il a tenté de répondre.

Beaucoup de pays encouragent un nationalisme de consommation, ils encouragent en effet à consommer français, italien, allemand… Cela existe-t-il en Belgique ?

Oui, cela existe, mais ce sont presque uniquement des sites web qui vendent exclusivement des produits belges en lignes. Ils visent nos expatriés ou les citoyens étrangers raffolant de bière et/ou de chocolat.

L’exemple classique, c’est Shopbelgium.net, qui commercialise des références grand public comme Côte d’Or, Jacques, les fromages Maredsous et Chimay ou encore les biscuits Jules Destrooper. 

Gondola explique dans un article récent que depuis la pandémie, l’engouement croissant de nos compatriotes pour les produits de leurs terroirs amène de nombreux clients belges de Belgique sur ces sites.

Quand vous dites "presque uniquement des sites web", cela veut dire qu’il existe quand même quelques magasins physiques exclusivement assortis de produits belges ?

Oui, mais… Les plus connus s’adressent aussi à des touristes et sont localisés logiquement dans les lieux les plus touristiques du pays. Il y a Belartisan à Anvers, le Comptoir des Belges à Marcinelle ou encore la chaine "La Belgique Gourmande", avec cinq magasins à Bruxelles et trois à Bruges. 

Et puis, il y a quelques extraterrestres, des exceptions qui confirment la règle. Ces magasins physiques capitalisent sur la niche du produit local de qualité. L’exemple en Wallonie, c’est celui des Paniers d’Eloïse. A l’origine, c’est un e-shop qui s’est doublé d’un magasin physique basé à Wavre depuis quatre ans. Les clients recherchent des produits dont ils veulent connaître l’origine, le fabricant, etc. Et ce qui marche très bien ce sont les paquets cadeaux, comme pour l’instant pour les fêtes.

Quelle est la situation dans la grande distribution ?

L’engouement pour les produits des terroirs belges n’a pas échappé aux grandes enseignes. Delhaize a, par exemple, lancé Belhaize et revendique environ 70% de produits d’origine belge dans son offre. Carrefour soutient les producteurs locaux via Act For Food.

C’est encore plus compliqué pour Färm et Sequoia qui font exclusivement du bio. Le critère bio est déjà très restrictif pour l’assortiment. Si on ajoute le critère belge, il est impossible ou presque d’avoir un assortiment permettant d’assurer l’achalandage d’une famille et donc de se payer une surface moyenne bien placée.

Bref, ce qui est possible en France, par exemple, est plus difficile en Belgique. Le territoire exigu ne permet pas une offre suffisamment développée. Et, comme l’explique Fabienne Van Isacker la CEO des Paniers d’Eloise, "cela reste encore relativement cher de produire en Belgique parce qu’il y a moins d’économie d’échelle."

Pierre-Alexandre Billiet, le CEO de Gondola, rajoute un obstacle : certains métiers, comme par exemple la meunerie, ont pratiquement disparu. Difficile dans ce cas de créer des filières entièrement belges… Et nous ne sommes sans doute pas assez nationalistes en tout concernant notre consommation.


 




 

Vos commentaires